BFMTV

La stratégie "complotiste" de Fillon inquiète dans son camp 

François Fillon opte désormais pour une stratégie "complotiste". (Photo d'illustration)

François Fillon opte désormais pour une stratégie "complotiste". (Photo d'illustration) - AFP

Depuis le début des affaires concernant François Fillon, révélées par le Canard Enchaîné, le candidat Républicain alimente une stratégie "complotiste", renforcée par les accusations qu'il porte à l'encontre de l'Elysée sur l'éventuelle existence d'un "cabinet noir".

"La seule façon de sauver la gauche, c'est de tuer Fillon. On veut faire tomber ma tête", s'est indigné François Fillon lors de son discours à Biarritz, prononcé vendredi soir. Depuis la fin du mois de janvier et la révélation des affaires concernant son épouse et d'éventuels emplois fictifs, ainsi que l'affaire des costumes, le vainqueur de la primaire à droite, mis en examen, dénonce un "déchaînement médiatique", voire un "assassinat politique" à son encontre. 

Mais François Fillon est allé encore plus loin, jeudi soir, lors de l'Emission politique, diffusée sur France 2, en affirmant que François Hollande serait à l'origine d'une machination contre lui:

"Vous avez des journaux qui reçoivent des documents, 48 heures après qu'ils aient été saisis dans des perquisitions, par exemple dans mon bureau. Qui leur donne? Des services de l'État. Vous pensez qu'ils le font sans être couverts par leur hiérarchie? C'est un livre (Bienvenue Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat, ndlr) sur le ministère de l'Intérieur et la place Beauveau, qui, en 250 pages, explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale. (...) On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé, en tout cas, à travers ces allégations".

Certains élus de droite sont consternés

Ces déclarations, dénoncées avec vigueur par le chef de l'Etat, alimentent la stratégie "complotiste" mise en place par le candidat. Plusieurs députés de gauche ont d'ailleurs dénoncé ce comportement, à l'image de Sébastien Denaja, député PS élu dans l'Hérault: "C'est la tentative de diversion d'un homme en plein désarroi. On est toujours consterné par l'attitude de François Fillon", indiquait-il sur BFMTV. 

Mais selon Le Parisien, si certains élus de droite approuvent entièrement ces accusations, d'autres sont consternés. Ceux qui ont réagi au lendemain de L'Emission politique sont rares. "C'est un naufrage", affirme un député LR au Parisien. Un autre député, ancien soutien du candidat, confie:

"Il lance des grenades un peu partout pour faire diversion, mais j'ai l'impression que plus rien ne fonctionne. Et le risque, c'est que ce discours complotiste fasse monter Le Pen".

Avec cette théorie "complotiste", certains Républicains redoutent que François Fillon devienne désormais inaudible sur son programme. Si cette surenchère verbale engagée par le candidat LR vise à remobiliser l'électorat de droite autour de sa candidature, certains dans son entourage déplore un "pari osé". Un ténor du parti Les Républicains redoute quant à lui qu'"il devienne définitivement inaudible sur son programme".

Alexandra Milhat