BFMTV

Une députée LaREM interpelle Collomb en pleine Assemblée

Sonia Krimi à l'Assemblée nationale, le 19 décembre 2017.

Sonia Krimi à l'Assemblée nationale, le 19 décembre 2017. - Patrick Kovarik - AFP

Mardi, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, la députée La République en Marche Sonia Krimi a vivement interpellé Gérard Collomb sur sa réforme du droit d'asile. Son intervention a été applaudie par les députés de l'opposition.

Son intervention a été très remarquée. Mardi, lors de la traditionnelle séance des questions au gouvernement au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, une prise de parole s'est révélée plus étonnante que les autres. Sonia Krimi, députée La République en Marche (LaREM) de la Manche a posé une question au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb au sujet de la réforme du droit d'asile et de l'immigration qu'il est en train de préparer. 

"Les personnes dont nous parlons aiment la France"

Mais alors que les questions posées par des députés issus de la majorité visaient généralement à mettre en valeur la politique du gouvernement, son intervention s'est révélée être une critique de la réforme en préparation.

"Vous préparez depuis des mois un projet de loi sur le droit d'asile. Les personnes dont nous parlons aiment la France, comme au premier jour, comme je l'aime depuis le premier jour", a ainsi lancé Sonia Krimi, née en Tunisie et arrivée en France en 2005, qui possède aujourd'hui la double nationalité.

"Les centres de rétention deviennent des centres de détention"

"Elles fuient des pays en guerre, elles fuient un avenir économique et climatique leur paraissant bien terne. La France les accueille, mais les conditions d'accueil sont aujourd'hui dans une impasse. Les demandeurs d'asile sont souvent dans des situations difficiles, des délais longs, des solutions d'hébergement insuffisantes", a ensuite listé l'élue, face au ministre de l'Intérieur.

Et de poursuivre: "Les mineurs isolés sont trop souvent abandonnés. (...) Les centres de rétention deviennent des centres de détention et sont indignes de notre République", tandis que des applaudissements s'élevant des rangs des députés socialistes et de La France Insoumise venaient saluer ses propos.

"Le traitement du séjour irrégulier en France est devenu une angoisse pour les étrangers, les associations, les forces de police, les préfectures et les avocats", a ajouté Sonia Krimi, avant de demander à Gérard Collomb de détailler l'équilibre politique de sa réforme. 

Son intervention a notamment été saluée par le chef de file des députés socialistes, Olivier Faure, qui l'a félicitée. "N'ayez pas honte de ce gouvernement, et ne les laissez pas vous conduire là où vous en voulez pas aller", lui a-t-il lancé, à la sortie de l'hémicycle parlementaire. 
A.S.