BFMTV

Au congrès d'En Marche, Philippe règle ses comptes avec Les Républicains

Invité au congrès de La République en marche, le Premier ministre a remercié le parti de la majorité présidentielle, dont il n'est toujours pas membre, et réglé ses comptes avec Les Républicains.

Edouard Philippe s'est trouvé de nouveaux amis. Le Premier ministre a pris la parole ce samedi au congrès de La République en marche, peu après l'’élection sans surprise de Christophe Castaner à la tête du parti, et a tenu à chaleureusement remercier ses hôtes.

"Je voudrais vous remercier pour votre accueil, vous remercier pour votre soutien. Je suis très heureux d'être ici avec vous aujourd’hui", a-t-il assuré. Le Premier ministre s'est notamment dit "heureux de retrouver les membres d'un gouvernement rassemblé, des parlementaires déterminés et des marcheurs engagés".

Edouard Philippe n'a pas manqué de régler au passage ses comptes avec son ancien parti, Les Républicains.

"Je suis d’autant plus heureux d’être avec vous qu'il m'est arrivé d'être moins bien accueilli dans des réunions de ce type", a-t-il commencé. "La vie est décidément étonnante. C’est avec chaleur que vous accueillez un Premier ministre qui n’est membre de votre mouvement, quand d’autres, avec froideur, font mine de prendre acte que je ne serai plus membre du leur", a-t-il souligné.

"On ne choisit pas toujours sa famille, mais on choisit ses amis"

"Vous avez peut-être noté qu’il arrive que les hommes et les femmes politiques aujourd’hui parlent de leur 'famille' politique", a ensuite noté l’ancien maire LR du Havre. "Je suis sûr que vous avez remarqué les circonvolutions de ceux qui préfèrent parler de 'famille' politique que de parti politique. Parce que la famille, ce serait toujours respectable, et le parti, ce serait forcément honteux", a-t-il fait remarquer.

"Je ne sais pas si vous êtes un parti ou une famille politique, mais quand je vous vois, je constate qu’en effet, on ne choisit pas toujours sa famille, mais on choisit ses amis", a clamé le Premier ministre devant l’assemblée de La République en marche. Il a par ailleurs salué les différences politiques, "réelles et assumées", des politiques présents comme François Bayrou ou encore Christophe Castaner.

Ces différences, Edouard Philippe assure qu’elles sont "vécues comme autant de richesses", tout en s’inscrivant dans la majorité gouvernementale, mais en se posant légèrement en retrait du mouvement d’Emmanuel Macron. "Que cela ne vous inquiète pas, votre mouvement est en marche, rien ne l’arrêtera", a-t-il assuré.

Citant Groucho Marx qui se "méfi(ait) beaucoup des clubs qui (l') acceptaient comme membre", le Premier ministre a conclu: "Aujourd'hui je ne me méfie pas, je vous salue avec reconnaissance et amitié."

Liv Audigane