BFMTV

La PMA pourrait être abordée en 2018 lors des Etats généraux de bioéthique

Agnès Buzyn a annoncé que la PMA serait sans doute abordée en 2018 dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique.

Agnès Buzyn a annoncé que la PMA serait sans doute abordée en 2018 dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La ministre de la Santé a évoqué une ébauche de calendrier pour l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, conformément à l'engagement pris par Emmanuel Macron lors de sa campagne.

Emmanuel Macron s'y est dit favorable, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) également, et puis plus rien. Depuis la publication de l'avis du CCNE sur l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes, aucun calendrier précis n'a été évoqué par le gouvernement, dont plusieurs membres ont simplement réaffirmé que cette mesure serait prise. Sur France Inter ce mardi matin, la ministre de la Santé a esquissé une ébauche de calendrier. 

"Il est probable que cette discussion aura lieu lors des Etats généraux de la bioéthique dans le courant de l’année 2018", a annoncé Agnès Buzyn. 

"Je n'ai pas d'avis personnel à donner"

"C’est le Président qui avait porté ce sujet pendant la campagne, nous allons voir quand il convient de porter ce sujet, sachant qu’en fin 2018 nous devons de façon systématique rouvrir les lois de bioéthique", a-t-elle précisé, sans s'avancer davantage ni donner son avis personnel. 

"J’attends de voir ce que donnent les Etats généraux, je n’ai pas d’avis personnel à donner sur les sujets de société, il faut qu’une société soit prête dans son ensemble pour avancer, j’attends de voir ce que disent les Français sur ce sujet", a-t-elle poursuivi, ajoutant que la société lui semblait "prête".

Une promesse depuis 2012

"Le Conseil consultatif national d’éthique (sic) contient en son sein toutes les sensibilités et donc s’il a rendu un avis favorable je pense que la société est prête", a conclu la ministre. La PMA est actuellement réservée aux couples hétérosexuels souffrant de stérilité ou risquant de transmettre une maladie grave à leur enfant.

Le 5 juillet, Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, avait annoncé travailler sur le sujet avec Agnès Buzyn. "C'est en engagement qui sera tenu par le gouvernement, puisque la seule condition était l'avis du Comité d'éthique. L'avis est favorable, donc c'est en engagement qui sera tenu", a-t-elle déclaré. 

Dès 2012, François Hollande s'était engagé à l'ouvrir aux couples de femmes et aux femmes célibataires, mais le sujet est resté lettre morte jusqu'à ce qu'Emmanuel Macron l'intègre à son tour à ses promesses de campagne et à son programme.

Charlie Vandekerkhove