BFMTV

La lutte contre le Front national, dernier combat de François Hollande

François Hollande, le 17 novembre 2016.

François Hollande, le 17 novembre 2016. - Bertrand Guay - Pool - AFP

Dans un entretien accordé à plusieurs journaux, dont Le Monde, sur le thème de l'Europe, François Hollande fait du combat contre le FN et contre la sortie de la France de la monnaie unique sa dernière tâche de président de la République.

Plutôt qu'une tournée d'adieux européenne, François Hollande a choisi de s'entretenir avec des journalistes de journaux français (Le Monde), italien, britannique, allemand, espagnol et polonais, il y a quelques jours. Le contexte s'y prêtait car ce lundi, le président de la République doit recevoir les chefs de gouvernements transalpin, ibérique et d'outre-Rhin à Versailles. 

"L'extrême droite n'a jamais été aussi haute depuis plus de trente ans"

Dans cette interview, François Hollande évoque également l'actualité nationale. Il met clairement en garde contre une victoire de Marine Le Pen à la présidentielle, et ses répercussions possibles sur les institutions européennes: 

"Si d’aventure la candidate du Front national l’emportait, elle engagerait immédiatement un processus de sortie de la zone euro, et même de l’Union européenne [UE]. C’est l’objectif de tous les populistes, d’où qu’ils soient: quitter l’Europe, se fermer au monde et imaginer un avenir entouré de barrières de toutes sortes et de frontières défendues par des miradors. Mon ultime devoir, c’est de tout faire pour que la France ne puisse pas être convaincue par un tel projet, ni porter une si lourde responsabilité." 

Une déclaration qui colle à la volonté commune prêtée au chef de l'Etat et à son Premier ministre de ne pas rester dans les mémoires comme le couple exécutif ayant à transmettre les clés du pays à la patronne du FN à l'issue du scrutin du printemps. François Hollande estime d'ailleurs possible une victoire de Marine Le Pen à la présidentielle, il l'explique au cours de cet entretien:

"La menace existe. L’extrême droite n’a jamais été aussi haute depuis plus de trente ans. Mais la France ne cédera pas. D'abord, parce qu’elle est la France et qu’elle a conscience que le vote du 23 avril et du 7 mai déterminera non seulement le destin de notre pays mais aussi l’avenir-même de la construction européenne."

Contre l'appel du large, une Europe à plusieurs vitesses? 

Et si le nouveau clivage politique se situait moins entre la droite et la gauche qu'entre les partisans des institutions européennes et leurs adversaires? "Oui", répond le président de la République tout en ajoutant: "Mais cela ne veut pas dire que droite et gauche se confondent." Si la monnaie unique et les organismes internationaux la supportant sont aussi impopulaires aujourd'hui sur le "Vieux continent", c'est principalement du fait de "la lenteur" des décisions de l'Union européenne, selon l'ancien élu de Corrèze. 

Pour contrer ce phénomène, François Hollande a proposé de revoir les plans européens en profondeur: "L'Europe à vingt-sept ne peut plus être l’Europe uniforme à vingt-sept. Longtemps, cette idée d’une Europe différenciée, avec des vitesses différentes, des rythmes distincts pour progresser, a suscité beaucoup de résistance. Mais aujourd'hui, c’est une idée qui s’impose. Sinon, c’est l'Europe qui explose. (...) Bref, nous devons imaginer des degrés d'intégration".

R.V.