BFMTV

La confiance en l'exécutif en hausse, Philippe creuse l'écart sur Macron

Emmauel Macron et Edouard Philippe le 29 juin 2020 au palais de l'Elysée à Paris

Emmauel Macron et Edouard Philippe le 29 juin 2020 au palais de l'Elysée à Paris - CHRISTIAN HARTMANN © 2019 AFP

La cote de confiance du Premier ministre continue sa vive ascension, prenant 4 points en un mois dans un sondage Elabe.

La cote de confiance d'Edouard Philippe grimpe encore en un mois, à 43% (+4 points), toujours devant celle d'Emmanuel Macron, qui regagne toutefois deux points, à 35%, selon un sondage Elabe publié jeudi, alors qu'un remaniement est imminent.

Très exposé dans la gestion de la crise sanitaire, le Premier ministre retrouve ainsi le niveau du début de mandat (43% en juillet 2017), selon ce sondage pour Les Echos et Radio Classique.

+16 points en 4 mois pour Philippe

Sa cote de confiance a augmenté de neuf points au cours des deux derniers mois, et même de 16 points au cours des quatre derniers.

La confiance dans le Premier ministre pour "affronter efficacement les problèmes qui se posent au pays" est désormais supérieure à celle d'Emmanuel Macron dans tous les électorats, note l'institut.

Un total de 48% des personnes interrogées disent toutefois ne pas lui faire confiance (22% "pas du tout"), un niveau en baisse de sept points.

Léger mieux pour Macron

Quant à Emmanuel Macron, après un décrochage de six points en deux mois, sa cote de confiance remonte pour se situer à un niveau supérieur à celui enregistré avant la crise du coronavirus.

Un total de 60% des personnes interrogées disent ne pas lui faire confiance (-2 points), dont 31% "pas confiance du tout".

Au classement des personnalités, l'ancien ministre Nicolas Hulot est en tête avec 48% d'opinions positives (32% de négatives), devant Nicolas Sarkozy (31% d'opinions positives, mais 55% de négatives), Olivier Véran (30% de positives, mais 37% de négatives) et Anne Hidalgo (30% de positives aussi, mais 47% de négatives).

Enquête réalisée en ligne les 30 juin et 1er juillet auprès de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

FDLT avec AFP avec AFP