BFMTV

L'avertissement de Hollande à Macron: "Il ne faut pas demander des sacrifices inutiles aux Français"

En déplacement ce mardi à Angoulême, en Charente, où se tient le festival du film francophone, François Hollande a commenté l'actualité politique. Il a appelé son successeur à la prudence sur le terrain social et économique.

François Hollande s'est rendu ce mardi à Angoulême, en Charente, où se tient actuellement le festival du film francophone. Devant la presse, il n'a pas hésité à commenter l'actualité politique marquée par la reprise des concertations en vue de la réforme du code du travail.

Attention aux "ruptures"

Il a commencé en douceur: "On est toujours l’héritier et le prédécesseur. J’ai hérité d’une situation très difficile, qui était celle de la crise, et puis mon successeur a une situation meilleure mais tant mieux ! Ce qui compte maintenant, c’est qu’il en fasse le meilleur usage." Il a alors adressé une première pique à son successeur à l'Elysée, Emmanuel Macron: "Il ne faudrait pas demander des sacrifices aux Français qui ne sont pas utiles." Il est ensuite allé plus loin encore dans l'expression de ses réserves à l'égard de la politique économique et sociale envisagée par le président de la République:

"Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait, au risque de créer des ruptures. Alors, ce qu’il faut, c’est conforter le mouvement qui est engagé, l’investissement, la consommation, le pouvoir d’achat. Et éviter toute décision qui viendrait contrarier ce mouvement."

Hollande en profite pour défendre son quinquennat

Jérémy Trottin, reporter politique de BFMTV, a pris la mesure en plateau de ces déclarations de l'ex-chef de l'Etat. "C’est presque une petite bombe au-delà d’une mise en garde, car ça intervient le jour même où l’actuel gouvernement reçoit pour les dernières consultations les syndicats dans le cadre de cette réforme du Code du travail", a-t-il dit. "Au-delà de la réforme du Code du travail, on pense à la baisse des APL, à l’augmentation de la CSG, ou encore au jour de carence pour les fonctionnaires. On le voit l’ancien chef de l’Etat a bien l’intention de refaire de la politique ou en tous cas de donner son avis", a continué Jérémy Trottin.

François Hollande s'est livré à une autre sortie remarquée: "C'est vrai que les résultats sont là, ils étaient d'ailleurs apparus dans les derniers mois du quinquennat et sont d'autant plus manifestes aujourd'hui." Une façon de réhabiliter un mandat que l'état de l'opinion publique à son endroit ne lui a pas permis de le doubler: "En quelque sorte, François Hollande est en train de dire aux socialistes : ‘Soyez fiers de votre bilan’. Le second message, c’est sans doute qu’il est possible de faire de la politique autrement", a analysé Jérémy Trottin.
Robin Verner