BFMTV

L'affaire Fillon est aussi un casse-tête financier pour la droite

François Fillon lors de sa déclaration le 1er mars 2017, à son QG de campagne.

François Fillon lors de sa déclaration le 1er mars 2017, à son QG de campagne. - Christophe Archambault - AFP

Au coeur de l'affaire Fillon, auquel de nombreuses personnalités de droit cherchent un remplaçant pour la présidentielle, se niche aussi une question de gros sous.

Alors que François Fillon s'accroche à sa désignation contre vents et marées et que nombre de personnalités de la droite et du centre se verraient bien le remplacer par Alain Juppé, il apparaît que la controverse n'est pas uniquement politique. En effet, elle comporte aussi un volet financier particulièrement embrouillé qui complique encore la résolution de la polémique parmi les partisans de l'alternance. 

Des sources de financement diverses

Le financement d'une campagne électorale provient de diverses sources. Il y a tout d'abord les dons de personnes physiques, les contributions de formations politiques (seules personnes morales habilitées à se faire donatrices), ou encore les recettes d'opérations commerciales (comme la vente de produits dérivés). Si l'Etat intervient après la campagne en remboursant une partie variable des frais engagés, il aide également les candidats en amont. Il prend ainsi en charge certains frais, comme ceux d'impression, et verse une avance de 153.000 euros. 

Enfin, le candidat peut faire appel à ses ressources personnelles. Enfin, dans une certaine mesure: "Sont interdits les paiements directs de frais de campagne par le candidat sauf pour de menues dépenses représentant des montants négligeables par rapport au total des dépenses et à leur plafond", écrivait en janvier 2012 Régis Lambert, alors secrétaire général de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Cette année, le plafond en question est fixé à 16,851 millions d’euros pour les candidats au premier tour, et à 22,509 millions d’euros pour ceux accédant au second tour.

De plus, les recettes et dépenses ressortent d'un compte de campagne dont le candidat délègue la gestion à un mandataire financier. 

Un transfert de fond problématique

L'équation financière devient particulièrement difficile à équilibrer pour sa famille politique, en cas de retrait de François Fillon, si l'on se penche sur la participation pécuniaire de cette dernière. Le problème remonte à novembre et à la primaire, explique sur BFMTV le journaliste de BFM Business, Guillaume Paul:

"La primaire de la droite et du centre avait rapporté 17 millions d’euros. Vous vous souvenez, il fallait mettre deux euros sur la table pour voter. Donc 17 millions d’euros, une fois qu’on avait retiré tous les frais de campagne, il en restait neuf millions. Ils devaient aller à la campagne du candidat vainqueur de la primaire. Le problème, c’est que cette somme à l’époque, contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, n’a pas été reversé au parti 'Les Républicains' mais à l’association de financement de François Fillon."

Rien de nébuleux là-dedans puisque ce procédé était celui que le parti avait choisi de mettre en vigueur. Mais la question en est d'autant plus épineuse: "C’est ce que prévoyaient les statuts. Et ces mêmes statuts n’ont pas prévu ce qui se passerait si le candidat devait se retirer, pour X raison, durant la campagne", poursuit le chroniqueur. Celui-ci ajoute qu'en tout état de causes, un transfert du budget subsistant en faveur d'une nouvelle figure de proue, comme Alain Juppé par exemple, ne serait donc pas mécanique: "Il n’y a pas de raison que ce soit reversé automatiquement à quelqu’un d’autre. Une source qui connaît bien le dossier me disait il pourrait y avoir éventuellement une requête auprès du Conseil constitutionnel qui pourrait donner une autorisation pour que ce transfert ait lieu."

Que faire des dons?

Le bon vouloir des "Sages" du Conseil constitutionnel comme éteignoir des tracas de la droite et du centre? Pas vraiment. Car un autre dilemme juridico-financier se pose d'après Guillaume Paul:

"François Fillon a récolté pas mal de dons. S’il devait se retirer et laisser la main un autre candidat, est-ce qu’il pourrait transférer ces dons à l’autre candidat? Là non plus, on n’a pas de réponse du côté des ‘Républicains’. Aujourd’hui, ces dons sont déductibles de l’impôt sur le revenu pour les donateurs. Est-ce que ce serait toujours le cas si on changeait de candidat?"

Actuellement, la question reste ouverte, tandis qu'il ne reste plus que 50 jours avant la tenue du premier tour de la présidentielle et surtout 14 avant la clôture de l'envoi des parrainages des candidats à l'élection auprès du Conseil constitutionnel. 

R.V.