BFMTV

Joffrin : « Sarkozy a un comportement décalé avec les hommes d’argent »

-

- - -

Le directeur de la rédaction du quotidien Libération, Laurent Joffrin, est revenu sur la première année de présidence de Nicolas Sarkozy. Rapport à l'argent, institutions et polémique sur la presse.

Invité des GG mardi 13 mai, Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du quotidien Libération, a évoqué la personnalité de Nicolas Sarkozy : « Ma thèse, c'est que sur plusieurs problèmes, dont la question de l'argent, il a une vision ancienne, d'une droite ancienne. Il en est toujours à dire « Il faut que l'argent soit réhabilité en France, c'est mal vu d'avoir de l'argent », mais ce n'est pas vrai du tout. C'est très bien vu d'avoir de l'argent, les gens qui sont milliardaires aujourd'hui, ils font la une de Paris Match, ils sont révérés partout, ils ont un pouvoir immense et tout le monde les respecte. Donc ce n'est plus la question, la question c'est plutôt l'excès de pouvoir de l'argent et l'excès de prestige que donne la détention d'une fortune. Donc il est décalé dans son comportement vis-à-vis des hommes d'argent, il fait un cas excessif de ses amis qui ont de l'argent ».

Pour illustrer son propos, Laurent Joffrin cite une anecdote : « Quand Pompidou est devenu premier Ministre, le Général de Gaulle l'a convoqué en lui disant « Pompidou, il paraît que vous allez en vacances à Saint-Tropez ». Pompidou lui a répondu « Bah oui, Mon Général ». De Gaulle a dit : « Non, non, un premier Ministre de la République va en vacances en Bretagne, pas à Saint-Tropez ». De Gaulle considérait que c'était contraire à la fonction. Et il avait raison. C'est une question de style et de symbole. C'est toujours un peu hypocrite les symboles, mais ça consiste à respecter une forme, une manière d'être. »

Il a de plus évoqué la réforme des institutions : « Les Français se sont trop habitués à ce que la démocratie française ait un pouvoir trop concentré. C'est le seul pays du monde où il y a autant de pouvoir détenu par l'exécutif. C'est justifié officiellement par le fait qu'il faut avoir du pouvoir pour mener à bien les réformes. Mais c'est un des pays où l'on se réforme le moins. C'est une anomalie des institutions actuelles, d'ailleurs je constate qu'on est en train de les changer. Réévaluer le rôle du Parlement, c'est une très bonne réforme. »

Il a également abordé la proposition de Christine Albanel d'une diffusion par l'AFP de « l'ensemble des communiqués de presse des partis et des organisations syndicales » : « C'est une des propositions les plus absurdes que j'ai entendues depuis longtemps dans la bouche d'une ministre de la Communication. Les communiqués sont sur Internet de toute manière, ils sont accessibles en un clic par tous les journaux et tous les journaux reçoivent des tonnes de communiqués en permanence. Il n'y a pas besoin de faire un fil spécial sur l'AFP. C'est le contraire de la vocation de l'AFP, qui a pour mission de trier, dans le flot énorme des nouvelles, celles qui sont dignes d'intérêt pour ses clients. C'est un grossiste en nouvelles, mais un grossiste qui choisit, qui sélectionne. »

La rédaction-Les Grandes Gueules