BFMTV

"Je n'ai pas réfléchi, je l'ai sauvé": Mamoudou Gassama raconte son acte héroïque

BFMTV
Le jeune Malien sans papiers, qui a escaladé un immeuble parisien pour sauver un enfant suspendu dans le vide, sera reçu à l'Elysée ce lundi. Il est revenu sur son acte héroïque au micro de BFMTV.

Il est convié à l'Elysée. Mamoudou Gassama, qui a sauvé samedi un enfant suspendu dans le vide depuis le balcon d'un immeuble de Paris, sera reçu ce lundi à partir de 9h50 par Emmanuel Macron. Invité de BFMTV deux heures avant ce grand rendez-vous, il a expliqué plus en détail son geste héroïque.

"J’ai vu un enfant de 4 ans dans cette situation, je n’ai pas réfléchi, je l’ai sauvé", raconte-t-il. "Quand je l'ai pris dans mes bras, je lui ai parlé, lui ai demandé 'pourquoi tu as fait ça?', mais il n'a pas répondu".

Poussé par son courage, Mamoudou Gassama explique n'avoir ressenti de la peur qu'une fois son acte accompli. 

"C’est quand je suis entré dans l’appartement que mes jambes ont commencé à trembler, quand les policiers sont arrivés" se souvient-il.

Vers une régularisation?

Son geste spectaculaire, largement salué sur les réseaux sociaux, a poussé de nombreux internautes et élus à réclamer la régularisation du jeune Malien sans papiers. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a lui-même ouvert la porte à une possible régularisation dans un tweet publié dans la nuit de dimanche à lundi. "Cet acte d'une immense bravoure, fidèle aux valeurs de solidarité de notre république, doit lui ouvrir les portes de notre communauté nationale", a-t-il posté.

Diaby, le frère de Mamoudou, lui aussi invité sur le plateau de BFMTV, a expliqué qu'ils allaient évoquer cette régularisation avec le président de la République lors de leur rencontre.

“On voudrait être régularisés, pour travailler dans de bonnes conditions en France. Ensuite dès qu’on a un travail il faut un logement, pour avoir une belle vie", espère-t-il.
Avant de s'exprimer sur la situation précaire de Mamoudou, arrivé en France du Mali en septembre dernier. "Aujourd’hui il habite au foyer, c’est une situation très grave car il n’y a pas de place. Mais on fait avec. Du coup on va profiter de l’occasion pour demander".

Céline Penicaud