BFMTV

Jacques Chirac, un retraité actif

-

- - -

L’ancien Président de la République lance lundi sa fondation « pour agir au service de la paix ».

C'est sa première interview à un quotidien depuis la fin de son mandat. Dans un entretien publié dans le Figaro ce matin, Jacques Chirac affirme qu'il ne souhaite pas « rompre » le contact avec « la France et les Français », et qu'il veut « réveiller les consciences » avec sa Fondation pour le développement durable. Une fondation qui doit être inaugurée lundi matin et dont le but est d'« agir au service de la paix ». Le lancement est prévu en grande pompe au musée du quai Branly à Paris, musée voulu par Jacques Chirac du temps où il était Président.

Cette fondation a été créée sur le modèle de ce qu'ont fait d'anciens dirigeants : Bill Clinton « Contre le changement climatique », Al Gore avec « Alliance pour la protection du climat », ou encore Tony Blair et le « Dialogue inter-religieux ».

Après la fin de son second mandat, Jacques Chirac, avait affirmé vouloir se rendre utile autrement pour le développement durable et le dialogue des cultures. A 75 ans, Jacques Chirac a donc toujours de l'ambition.

L'ancien président a plusieurs objectifs. Il veut en priorité aider les pays africains en matière d'accès à l'eau et aux médicaments. L'autre mission que s'est fixée Jacques Chirac, c'est la lutte contre la déforestation et la désertification. Enfin, et c'est le dada de l'ancien président, la sauvergarde des langues et des cultures menacées, avec un projet : la création d'une banque de données audiovisuelles où seront répertoriés les langues et les dialogues en voix d'exctinction. Une sorte d'Arche de Noé pour les langages et les cultures en danger.

Pourquoi une fondation ?

Jimmy Carter, Bill Clinton, ou encore Tony Blair : pourquoi les anciens chefs d'Etat ou de gouvernement se lancent-ils dans des fondations une fois leur carrière politique terminée ? Selon Philippe Moreau-Defarges, spécialiste des relations internationales, « lorsque ces hommes quittent leurs postes de Président de la République ou de Premier Ministre, ils sont un peu morts politiquement. Donc il leur faut exister, et l'un des moyens pour cela, sur la scène publique, c'est d'avoir une fondation. Le pari de Jacques Chirac est un pari intéressant, mais pas un pari gagné d'avance. L'atout de Jacques Chirac, c'est d'être un ancien Président de la République avec beaucoup d'amis, beaucoup de relations et beaucoup de gens qui ont une dette à son égard. Ce genre d'organismes, il y en a beaucoup, même souvent trop, donc il va falloir prouver son utilité. Ca va dépendre de Jacques Chirac et de son équipe ».

La rédaction et Annabel Roger