BFMTV

Incendie à Rouen: Philippe promet "la transparence totale" et assure que les odeurs ne sont "pas nocives"

Présent ce lundi soir à Rouen, sur le site de l'entreprise Lubrizol où un incendie a eu lieu jeudi, Edouard Philippe a assuré vouloir faire "l'absolue transparence" sur cet événement.

"Je comprends parfaitement l'inquiétude qui s'exprime". Exercice de déminage pour Edouard Philippe, présent ce lundi soir sur le site de la société Lubrizol à Rouen, où un violent incendie est survenu jeudi

"Nous voulons faire sur cet événement, sur ses causes et sur ses conséquences, l'absolue transparence", a promis le Premier ministre, assurant que le gouvernement, ainsi que l'ensemble des services de l'Etat, sont "mobilisés pour déterminer les causes du sinistre".

Edouard Philippe a indiqué être venu apporter "un message de très grand respect et de très grand remerciement aux sapeurs-pompiers [...] et la volonté ferme de dire tout ce que nous savons dès que nous le savons s'agissant des conséquences de cet incendie. Et de prendre l'ensemble des mesures qui permet d'accompagner nos concitoyens face à cet incendie industriel".

"Les odeurs sont dérangeantes mais ne sont pas nocives"

Le Premier ministre a affirmé n'avoir "aucune information à ce stade qui [lui] permette d'indiquer quelle hypothèse serait juste ou erronée" concernant l'origine du départ de feu. Plus tôt dans l'après-midi, la société Lubrizol a affirmé que, selon la vidéo surveillance et des témoins, l'incendie pourrait être parti de l'extérieur de l'entreprise.

Edouard Philippe a également affirmé que "la qualité de l'air à Rouen n'est pas en cause" et que les odeurs "sont effectivement très dérangeantes, très pénibles à supporter, mais ne sont pas nocives", selon "les scientifiques et les techniciens". 

Concernant les personnes, notamment les policiers et pompiers, prises de nausées et de vomissements après être intervenues sur le site de l'usine, le Premier ministre a assuré que le gouvernement allait "faire tout ce qui est en [sa] capacité pour les accueillir dans de bonnes conditions".

Clément Boutin