BFMTV

"Il n'y aura pas de centre" d'accueil d'urgence à Calais, affirme Collomb

Gérard Collomb

Gérard Collomb - THOMAS SAMSON / AFP

Gérard Collomb a annoncé l'arrivée à Calais de deux compagnies de gendarmes mobiles supplémentaires pour renforcer la sécurité.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a affirmé qu'il n'y aura pas d'installation de centre d'accueil d'urgence à Calais pour les migrants, dans un entretien au quotidien calaisien Nord Littoral.

"Si nous créons un centre sur place, il sera rapidement débordé et nous ne pourrons pas faire face à cette situation. Les précédents de Sangatte et du campement de la Lande en attestent", a affirmé le ministre de l'Intérieur, qui se rend en visite à Calais ce vendredi.

Sur place, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a indiqué qu'il allait présenter "dans les quinze jours", un "plan" sur les migrants au président de la République pour "traiter le problème de l'asile de manière plus facile qu'aujourd'hui".

"Je me méfie des centres qui se disent prêts à accueillir des migrants pour seulement quelques jours et qui finalement durent dans le temps", a-t-il ajouté.

Sécurité renforcée

Par ailleurs, "nous allons renforcer la sécurité avec l'arrivée de deux compagnies de forces mobiles supplémentaires pour éviter que de nouveaux campements ne se forment", a indiqué l'ancien maire de Lyon.

Ouvert en 1999, le centre de Sangatte, près de Calais, avait rapidement été en surcapacité, avec près de 2.000 personnes contre 800 prévues quelques semaines avant sa fermeture en septembre 2002. Près de 7.000 personnes avaient été évacuées en octobre lors du démantèlement de la "Jungle" de Calais, gigantesque campement apparu au printemps 2015.

L.N. avec AFP