BFMTV

Hollande sur France 2: l'entrepreneuse ressent "une frustration"

Anne-Laure Constanza faisait partie des quatre Français qui ont interrogé le président ce jeudi soir sur France 2. Au lendemain de son passage télévisé, l'entrepreneuse se dit "frustrée" de ne pas avoir obtenu "toutes les réponses" à ses questions.

Accueillie ce vendredi matin avec "beaucoup de sympathie" par ses salariés, la jeune entrepreneuse Anne-Laure Constanza est revenue sur son passage télévisé de jeudi soir, face au chef de l'État.

"Je ressens une frustration car je n'ai obtenu toutes les réponses à mes questions", a réagi sur BFMTV la dirigeante d'un site e-commerce dédié aux vêtements de grossesse.

Première citoyenne parmi les quatre sélectionnés pour interroger le président, la porte-parole des chefs d'entreprises a abordé les freins législatifs pour embaucher, demandant notamment plus de souplesse dans la durée hebdomadaire des contrats, dans le recrutement de stagiaires et moins de taxes pour les CDD.

"Je ne veux pas paraître ultra-libérale", s'est défendue Anne-Laure Constanza sur BFMTV. "Ce que je veux, c'est qu'on nous laisse grandir et qu'on nous laisse créer des emplois."

"Besoin d'une culture de l'optimisme"

"Je ne défends aucun camp, juste une France qui a tout pour réussir (…) On attend des actes, du changement", insiste la dirigeante, qui déplore la connotation négative du mot patron.

"J'ai le sentiment qu'à travers ce mot, on donne un vrai clivage entre les entrepreneurs et les salariés. On a besoin d'un nouveau discours et d'avoir une culture de l'optimisme."

Reçue brièvement dans la matinée par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, Anne-Laure Constanza espère la rencontrer de nouveau dans les prochains jours pour "mieux comprendre" les raisons de la surtaxation des CDD annoncée par Manuel Valls.

P. P.