BFMTV

Hijab de Decathlon: "Il n'y avait aucune objection juridique à cette vente", note Nicole Belloubet

La Garde des Sceaux était l'invitée de notre journaliste, Jean-Jacques Bourdin ce mercredi matin. Interrogée au sujet du retrait par Decathlon d'un hijab sportif, elle a regretté une "hystérisation" du débat et expliqué que l'entreprise n'avait pas transgressé la loi.

Devant la polémique soulevée, Decathlon a renoncé à vendre un de ses articles: un hijab de course. Questionnée à ce propos ce mercredi matin par notre journaliste Jean-Jacques Bourdin, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a d'abord déploré: "On a beaucoup hystérisé le sujet et je le regrette". 

"Ce sont les consommateurs qui font leur choix" 

La Garde des Sceaux a ensuite rappelé quelques points de droit: "On est en face de la stratégie commerciale d’une entreprise privée. Il importe que cette entreprise respecte la loi, qui est fondée sur le principe de laïcité mais aussi sur des contraintes comme l’interdiction d’avoir le visage entièrement dissimulé dans l’espace public. A partir du moment où la loi est respectée, je n’ai pas d’autres commentaires à faire". 

Elle a encore appuyé: "Il n’y a aucune objection juridique à la vente de ce hijab. (...) Les règles n’ont pas été franchies par ce qu’a fait Decathlon." Achevant à ce sujet, elle a posé: "Ce sont les consommateurs qui font leur choix."

Sa position dénote dans le concert gouvernemental à ce sujet. Par exemple, mardi soir sur notre antenne, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud avait lancé: "Heureusement qu'ils renoncent" à commercialiser cet article. Elle avait estimé qu'il n'était pas nécessaire de "troubler les esprits pour des raisons commerciales". 

Robin Verner