BFMTV

Harcèlement de rue: Anne Hidalgo veut une police municipale paritaire

Anne Hidalgo

Anne Hidalgo - ludovic MARIN / POOL / AFP

Si elle est réélue en mars, l'actuelle maire de Paris souhaite mettre en place une police municipale dotée de 5000 agents, avec "autant de femmes que d'hommes".

Candidate à sa réélection à Paris, Anne Hidalgo a renouvelé son souhait de mettre en place une police municipale, dans une interview accordée au Parisien ce dimanche. La maire de Paris a également affirmé que cette police serait paritaire afin de "lutter contre le harcèlement de rue".

>> Anne Hidalgo sera l'invitée de Jean-Jacques Bourdin pour RMC-BFMTV ce lundi à 8h30 

Avec actuellement 3400 agents chargés de lutter notamment contre les incivilités et les discriminations, les effectifs devraient augmenter.

"Il y en avait 700 en 2014. Nous passerons à 5000 agents pour le second mandat. Mais le plus important à mes yeux, c'est que notre police sera paritaire, avec autant de femmes que d'hommes", a-t-elle souligné.

Selon la maire, une présence plus importante de femmes policières permettrait de réduire les violences physiques et morales envers les Parisiennes.

"L'incarnation de la sécurité"

"Ces femmes dans la rue seront l'incarnation de la sécurité et de la tranquillité publique que nous voulons, pour lutter contre le harcèlement de rue, qui empêche encore beaucoup de femmes de vivre, de s'habiller ou de sortir comme elles le souhaitent en toute liberté", affirme l'édile.

Pour "faire respecter les règles du jeu de la vie quotidienne", cette police sera armée "comme toutes les polices municipales", détaille la maire. >ui assure qu'elle ne disposera pas d'armes létales, contrairement à ce qu'a proposé l'un de ses adversaires, Benjamin Griveaux.

"On ne va pas se substituer à la police nationale", a-t-elle justifié.

Pour former ces agents, la maire de Paris souhaite créer une école.

"Dans l'école que nous allons créer, la formation permettra aux agents de lutter contre toutes les formes de discrimination: antisémitisme, racisme, sexisme, homophobie et transphobie. Cette police portera les valeurs de Paris", assure la candidate à sa réélection.

Cette école leur permettra de préparer les missions en attendant l'obtention, réclamée par la ville, du statut et de la compétence d'une police municipale. 

Un amendement déjà rejeté fin novembre

Fin novembre, un amendement, déposé par le groupe socialiste et qui aurait permis la création de cette police municipale dans la capitale, a été rejeté en commission à l'Assemblée nationale par la majorité des élus LaREM. 

Lors du vote, les députés et candidats à la mairie de Paris Cédric Villani (LaREM), Pierre-Yves Bournazel (député Agir), et la députée Brigitte Kuster (LR) ont voté en faveur de l'amendement, alors que le candidat investi par LaREM pour Paris, Benjamin Griveaux, était lui absent.

"Au lendemain de l'élection, elle verra le jour"

"Je prends le pari qu'au lendemain de l'élection municipale, elle verra le jour. Il n'y aura plus aucun obstacle à consacrer le mot "Police municipale", croit savoir Anne Hidalgo.
dossier :

Anne Hidalgo

Alexandra Jaegy