BFMTV

Guaino: "Sarkozy doit se tenir au-dessus de la mêlée"

Henri Guaino sur BFMTV/RMC.

Henri Guaino sur BFMTV/RMC. - Capture BFMTV.

Henri Guaino, député UMP des Yvelines, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur BFMTV/RMC. Il a notamment évoqué la présidence de François Hollande, une éventuelle dissolution et le retour annoncé de Nicolas Sarkozy.

# Sur Trierweiler: "Ca ne m'inspire rien"

Henri Guaino estime que le livre de Valérie Trierweiler "participe à la désacralisation de la fonction" de président de la République. "Ca ne m'inspire rien, je ne sais pas si elle dit la vérité ou pas", a-t-il assuré, sans préciser s'il allait ou non lire ce livre. "Le doute instillé sur la considération qu'un président de la République de gauche peut porter aux pauvres, aux handicapés, fait un mal fou", a cependant déclaré le député.

# Sur la crise politique: "les partis sont par terre"

La crise politique est profonde, selon Henri Guaino. "Les partis politiques sont par terre, les institutions sont branlantes, la fonction présidentielle est atteinte", a estimé le député des Yvelines. S'agissant des multiples couacs au gouvernement, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy se demande si l'on "va changer tous les trois mois? Comme sous la IIIe République?". "On est à la fin d'un cycle politique", a-t-il conclu.

# Sur François Hollande: "Un politicien de la IVe République"

Henri Guaino a critiqué durement le chef de l'Etat: "Il n'est pas un président de la Ve République", a assuré le député UMP. "C'est quelqu'un qui n'a jamais habité la fonction".

"Nous traversons une crise politique qui n'a cessé de s'aggraver depuis des mois", a ajouté Henri Guaino. Il estime que François Hollande a été élu sur "un malentendu". "Sur le plan politique, je préférerais qu'il démissionne plutôt que de continuer à gouverner de cette façon", a déclaré le député des Yvelines, assurant toutefois que la décision appartenait au chef de l'Etat lui-même.

# Sur une cohabitation: "Laissons les institutions fonctionner"

"Il faut respecter les institutions, c'est tout ce qu'il nous reste", a déclaré Henri Guaino. Le député UMP s'est dit favorable à une cohabitation UMP-PS en cas de dissolution et d'élections législatives anticipées. 

Ainsi, si François Hollande venait à dissoudre l'Assemblée nationale, Henri Guaino refusera de demander lui-même la démission du président de la République: "Ce serait un coup d'Etat institutionnel."

# Sur Sarkozy: "J'aurais préféré qu'il attende"

Interrogé sur le retour annoncé de Nicolas Sarkozy en politique, Henri Guaino s'est dit "peu enthousiaste" à l'idée de voir un "ancien président de la République" briguer la tête de l'UMP. "(Il) doit se tenir au-dessus de la mêlée." Le député a tout de même estimé que le départ de Nicolas Sarkozy a laissé un "vide qui n'est pas rempli" et que s'il est candidat, alors il le soutiendra.

# Sur la suspension de la livraison d'un Mistral à la Russie

Henri Guaino n'est "pas tellement" d'accord avec la décision du gouvernement de suspendre la livraison d'un navire Mistral à la Russie. "C'est une politique de 'gribouille'", a estimé le député qui aimerait que "la France respecte sa parole". "Il fallait et il faut discuter avec monsieur Poutine parce que c'est un partenaire qu'on ne peut pas ignorer", a-t-il assuré.

Maxence Kagni