BFMTV

Guaino: "Hollande promet tout et n'importe quoi sur les impôts"

Henri Guaino sur BFMTV vendredi 14 novembre

Henri Guaino sur BFMTV vendredi 14 novembre - BFMTV

Henri Guaino était l'invité vendredi de BFMTV et de RMC. Tour à tour, le député UMP a taclé François Hollande, demandé la livraison des navires Mistral à la Russie avant d'apporter son soutien à Bernard Cazeneuve et aux gendarmes après la mort de Rémi Fraisse.

Le député UMP, ex-conseiller et plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino est l'invité de BFMTV et de RMC vendredi. Au menu: Russie et livraison des Mistral, Rémi Fraisse et politique menée par François Hollande... Voici l'essentiel de son interview:

#Le tacle: Hollande "promet tout et n'importe quoi"

Interrogé sur la promesse - lors de son intervention télévisée - de François Hollande de ne plus augmenter les impôts, le député UMP Henri Guaino a jugé qu'il "promettait tout et n'importe quoi. C'est une promesse comme une autre. Le président de la République n'a pas de ligne, c'est la politique du chien crevé au fil de l'eau. (...) Une fois de plus tout dépendra des circonstances".

François Hollande se "cramponne. C'est lui qui l'a dit", rajoute Henri Guaino qui juge "absurdes" les prévisions de croissance (+0,3%) formulée par l'INSEE vendredi car "la marge d'erreur est très grande".

Et en ce qui concerne Jean-Pierre Jouyet, il estime "inconcevable qu'il soit toujours en poste", dans une attaque destinée à François Hollande et à son incapacité, selon lui, à prendre une décision franche. 

# La position: "Il faut livrer les Mistral à la Russie"

Henri Guaino, qui a repris du service auprès de Nicolas Sarkozy lors de ses derniers meetings, a une position très tranchée quant à la livraison des navires Mistral à la Russie. "La France s'est engagée et a signé des contrats. Que va devenir la parole de la France si on ne livre pas?", interroge-t-il avant de souligner le poids des pénalités encourues et la "perte de crédibilité".

"La livraison de ces navires ne changera pas le rapport de force de militaire entre la Russie et l'Ukraine (...) un pays artificiel", détaille Henri Guaino qui aurait aimé que "François Hollande rencontre Vladimir Poutine avant le sommet du G20" prévu ce week-end en Australie. "On ne peut pas laisser la Russie de côté et son exclusion des discussions peut mener à des désastres. Il faut travailler et discuter avec la Russie".

Mais, "je ne suis pas un admirateur de monsieur Poutine", tient-il néanmoins à préciser.

# Le soutien: "Je ne crois pas que l'on a caché la vérité" dans la mort de Rémi Fraisse

Henri Guaino a apporté un relatif soutien au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dans l'affaire de la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse, à proximité du barrage de Sivens dans le Tarn. "Je ne crois pas que Bernard Cazeneuve et la gendarmerie ont voulu cacher la vérité. Je ne crois pas à la malhonnêteté".

Surtout le député UMP a tenu à apporter son soutien sans faille aux forces de l'ordre après l'interdiction d'utiliser les grenades offensives: "Attention à ne pas mettre les forces de l'ordre dans une situation encore plus exposée. Attention à ne pas les mettre en danger car ils font leur métier avec beaucoup de détermination, même s'il peut y avoir des fautes".

S.A.