BFMTV

Valls sur le 49-3: "S'il faut de nouveau l'utiliser, nous le ferons"

Manuel Valls à l'Assemblée nationale.

Manuel Valls à l'Assemblée nationale. - Martin Bureau - AFP

Au lendemain de l'adoption sans vote de la loi Macron, Manuel Valls s'est à nouveau justifié de l'utilisation de l'article 49-3.  "Nous ne pouvons pas perdre de temps", insiste le Premier ministre.

Le Premier ministre a affirmé vendredi matin que si un deuxième recours au 49-3, permettant de faire adopter un texte sans vote, devait se représenter, il serait de nouveau utilisé.

"S'il faut de nouveau utiliser cette arme que me donne la Constitution, nous le ferons, bien évidemment, parce que nous ne pouvons pas perdre de temps, et qu'il faut réformer notre pays et lever les blocages" alors que "la croissance est en train de revenir", a déclaré le Premier ministre en marge de l'inauguration d'une grande ligne électrique France-Espagne à Montesquieu-des-Albères (Pyrénées-Orientales).

Mardi, le chef du gouvernement avait annoncé le recours à l'article 49-3 pour faire passer en force le projet de loi porté par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, provoquant un véritable tollé dans les rangs de l'Assemblée nationale. Cette décision a été suivi du dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement. Avec 234 voix pour, cette dernière était loin de rassembler la majorité absolue.

"Je suis convaincu que la responsabilité l'emportera"

Quant à ceux qui pensent que "nous ne pouvons pas continuer l'oeuvre des réformes" du fait de cette fragilité parlementaire, ils se trompent "totalement", a poursuivi le Premier ministre lors de son déplacement vendredi. En effet, l'article 49-3 peut être utilisé à plusieurs reprises pour le même texte. Il pourra donc être réutilisé en seconde lecture après un passage du texte par le Sénat.

"La loi croissance activité, portée avec beaucoup de talent par Emmanuel Macron, va poursuivre son cheminement parlementaire, d'abord au Sénat, je ne doute pas qu'elle sera enrichie, et puis après à l'Assemblée nationale", a souligné Manuel Valls. "Et nous verrons dans quelles conditions nous aurons à opérer. Je suis convaincu que la responsabilité l'emportera, y compris chez ceux qui parmi les socialistes voulaient s'opposer à cette loi", a-t-il poursuivi.

"Mais que chacun soit bien convaincu, que chacun ait bien en tête ma détermination absolue à utiliser tous les moyens que me donne la Constitution", a insisté le Premier ministre.

M.G. avec AFP