BFMTV

Valls se défend de faire campagne sur les terres du FN

Manuel Valls lors de son déplacement à Hénin-Beaumont.

Manuel Valls lors de son déplacement à Hénin-Beaumont. - -

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu dimanche à Hénin-Beaumont pour assister aux vœux du maire socialiste. Manuel Valls se défend au micro de BFMTV de chasser sur les terres du FN:

Après Forbach et Carpentras, le ministre de l'Intérieur poursuit sa croisade anti-FN. C'est à Hénin-Beaumont qu'il s'est rendu dimanche pour être présent aux côtés du maire socialiste lors de ses vœux. "Je vais dans de nombreuses villes. C'est le maire qui m'a invité et c'était important de se trouver là", se défend-il sur BFMTV. Il assure en effet qu'il s'agit d'un déplacement ministériel et non électoral.

"C'est un message d'optimisme pour Hénin-Beaumont et pour la France. Face à toutes les divisions et tous ceux qui veulent agiter les peurs et fracturer la société nous nous rassemblons autour des valeurs de la République c'est vrai pour les prochaines semaines, mais n'est vrai pour les années qui viennent", ajoute-t-il.

Le déplacement de Manuel Valls était ardemment souhaité par les socialistes locaux, à commencer par le député-maire de Carvin Philippe Kemel.

Malgré sa discrétion, celui qui est venu à bout de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen en juin 2012 organise la résistance à la montée du FN, dans une région où les déboires judiciaires s’accumulent pour le parti de la rose.

Le déplacement intervient le jour où un sondage place le FN en pole position des élections européennes. Le parti de Marine Le Pen devancerait l'UMP et le PS en mai.

"La place de Manuel Valls est à son ministère"

Il faut dire que le danger est réel: aux dernières élections, le parti de Marine Le Pen a remporté 56% des suffrages à Hénin-Beaumont. Et malgré un récent sondage donnant le FN perdant au second tour, l’Histoire a montré ces dernières années que rien n’est définitivement acquis.

Evidemment, l’initiative de Manuel Valls n’est pas vraiment du goût de Steeve Briois, le secrétaire national du FN et candidat à Hénin-Beaumont. "J’avais cru comprendre que François Hollande avait recadré ses ministres pour les élections municipales", s’est-t-il étonné auprès de BFMTV.com avant la venue du ministre. "Cette venue me choque, la place de Manuel Valls est à son ministère."

Marine Le Pen jouait la provocation samedi. "Je vais gagner là où va Valls. Il est à Hénin-Beaumont demain, donc il considère que le FN constitue une menace. Vous suivez Valls à la trace et vous savez ou je vais gagner", a ironisé la présidente du Front National lors d'une visite à Pau.

K. L. avec Jérémy Trottin