BFMTV

Ségolène Royal veut impliquer les Français dans la lutte contre la pollution

Ségolène Royal a proposé une série de mesures de lutte contre la pollution en Conseil des ministres, mercredi. Par des aides financières et la création de comités, la ministre de l'Écologie souhaite impliquer davantage les particuliers.

Dans la lutte contre la pollution, le gouvernement entend bien impliquer tous les acteurs de la société. Interrogée par BFMTV à la sortie du Conseil des ministres, Ségolène Royal est ainsi revenue sur les mesures qu'elle y a présentées pour lutter contre la pollution atmosphérique. À côté du contrôle des industries polluantes ou de la limitation des pulvérisations de pesticides en agriculture, plusieurs mesures concernent directement les citoyens.

Avoir une conduite écologique

La ministre de l'Écologie souhaite mettre en place des zones de circulation restreinte dans certaines grandes villes, zones où ne pourraient circuler que les véhicules les moins polluants. À cet effet, a-t-elle annoncé, "des certificats de qualité de l'air vont être apposés sur les pare-brises des voitures propres. Ségolène Royal veut donc éviter "l'écologie punitive", en ne forçant pas les voitures polluantes à afficher un certificat idoine.

"Il s'agit de donner des avantages aux voitures propres pour encourager les Français, quand ils achètent une nouvelle voiture, à acheter une voiture propre", explique-t-elle. Le bonus de 10.000 euros, ou "bonus Royal", prévu à l'achat d'une voiture électrique et mis en place le 1er avril dernier sera ainsi reconduit.

Prime au chauffage propre

Ségolène Royal a également rappelé le travail fait pour "encourager les particuliers à changer leurs installations de chauffage polluants". Depuis 2012, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) expérimente en effet le versement d'une prime de 1000 euros aux foyers qui choisissent des appareils de chauffages au bois plus performants et moins polluants que les cheminées à foyer ouvert.

Testé dans un premier temps dans la vallée de l'Arve (Haute-Savoie), ce dispositif "Air Bois" a versé sa millième prime en février dernier. Selon l'Ademe, le gouvernement souhaite donc l'étendre à d'autres zones polluées.

Anticipation des pics de pollution

Enfin, Ségolène Royal souhaite une meilleure gestion des pics de pollution. Plus question d'attendre que l'air soit irrespirable pour mettre en place, par exemple, la circulation alternée.

"Les décisions pourront être prises dès l'annonce des prévisions des pics de pollution, pour protéger la santé, alors qu'aujourd'hui on est obligé d'attendre que la pollution soit effectivement là pour agir."

Tous les acteurs de la vie publique seront désormais impliqués dans la mise en place de ces mesures. "La création d'un comité "qualité de l'air" va permettre d'associer les habitants, les associations et les collectivités aux décisions qui seront prises", révèle la ministre de l'Écologie. À moins de deux mois de la COP 21, le gouvernement continue son offensive écologique.

H. M. avec Jeremy Brossard et Jérémy Muller