BFMTV

Ségolène Royal: "le retour à la normale prendra du temps"

Reconnaissant que le retour à la normale "prendra du temps", la ministre de l'Environnement est revenue, ce lundi, sur BFMTV, sur la décrue de la Seine et de ses affluents, "amorcée partout", et mis en garde contre les risques qu'elle peut entraîner, notamment en termes de pollution.

"La décrue est amorcée partout", a confirmé la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, sur BFMTV, ce lundi soir. "Mais des territoires sont encore sous vigilance orange, et sous surveillance, notamment l'Essonne, et les secteurs de Rouen et Elbeuf, puisque c'est le transfert de la crue vers l'aval", a-t-elle rappelé, mettant en garde contre les mauvaises surprises que risque d'apporter la décrue.

"Souvent au moment des décrues, il y a des problèmes de digues ou d'ouvrages hydrauliques qui sont imbibés d'eau et qui peuvent s'écrouler ou être abîmés. J'ai donc déployé sur le territoire onze services de vigilance des ouvrages hydrauliques. L'autre vigilance concerne la pollution. Le ruissellement de l'eau entraîne des pollutions de toutes natures, donc j'accorde une très grande importance au contrôle régulier de l'eau potable, pour qu'il n'y ait pas de problème sanitaire", a développé Ségolène Royal.

"On sait que le traumatisme est important"

Selon la ministre, le retour à la normale "prendra du temps". "Il faut le savoir, car cela aide la résilience, c'est-à-dire à l’acceptation du traumatisme pour toutes celles et ceux qui vont retrouver leur habitation endommagée", a-t-elle justifié.

"On sait que ce traumatisme est important, et il vaut mieux savoir que cela va durer plusieurs jours, plutôt que d'attendre tous les jours que les choses s'arrangent comme par magie. Non, malheureusement, c'est long. Et je sais que beaucoup de communes ont mis en place des cellules psychologiques pour accompagner les personnes, notamment les plus vulnérables dans cette acceptation de ce qui est en train de se passer", a fait valoir Ségolène Royal.

Pour les communes, "les dossiers sont déjà arrivés au ministère"

La ministre de l'Environnement a précisé que le "fond d'extrême urgence" pour les sinistrés des inondations, annoncé ce lundi par Manuel Valls, "pourra être débloqué pour ceux qui sont dans le dénuement le plus complet". 

"Les choses vont aller très vite pour les communes. Les dossiers sont déjà arrivés au ministère donc les choses vont être rapidement faites. Pour les particuliers, la reconnaissance de catastrophe naturelle des communes permettra aux assurés, les particuliers, les entreprises, d'être rapidement remboursés par les assurances", a indiqué la ministre. 

Quant au coût des dégâts liés aux inondations, Ségolène Royal a reconnu qu'il est "difficile de lancer des chiffres". "On connaîtra très rapidement ces évaluations. Je ne peux pas donner de fourchette".

Reconnaissant qu'un capteur, situé sur le pont d'Austerlitz, à Paris, a été défectueux dans la prévention de la crue de la Seine, Ségolène Royal a indiqué que la décision de doubler le nombre de capteurs a été prise, "dans les zones particulièrement sensibles". "Cela fait partie du retour sur expérience", a-t-elle estimé.

Adrienne Sigel