BFMTV

Régionales: ce que l'on sait sur les conditions d'organisation du scrutin

Des isoloirs (illustration)

Des isoloirs (illustration) - Joël Saget-AFP

Gérald Darmanin a rencontré ce lundi les chefs des groupes parlementaires et partis politiques, ainsi que des associations d'élus, afin de cadrer l'organisation des élections départementales et régionales.

Désormais, le processus semble bel et bien lancé. Les 20 et 27 juin auront lieu, simultanément, les élections départementales et régionales. Peu mobilisatrices en raison des restrictions liées à l'épidémie - toujours non maîtrisée - de Covid-19, leurs campagnes exigent pourtant des conditions d'organisation claires. C'était l'objet de la réunion qui s'est tenue ce lundi, place Beauvau, sous la houlette de Gérald Darmanin.

Recevant les chefs de partis, de tous les groupes parlementaires, ainsi que les patrons d'associations d'élus, le ministre de l'Intérieur a délimité plusieurs règles. Réunions autorisées ou non, vaccination des assesseurs de bureau de vote, porte-à-porte... Les participants à la réunion auront abordé tous les sujets pouvant laisser place à de l'incertitude.

Aucune réunion publique autorisée?

Selon nos informations, les réunions publiques en lieu intérieur ne seront pas autorisées. Christian Jacob, président du parti Les Républicains, et son homologue du Rassemblement national Marine Le Pen, demandaient par exemple à ce que ce type de réunion soit possible.

La possibilité de tenir des réunions en extérieur, elle, est toujours en cours de discussion. L'enjeu est le suivant: concilier la capacité des candidats à capter l'attention des foules et ainsi créer une dynamique de campagne, tout en évitant d'organiser des événements qui seraient susceptibles d'accélérer la circulation du Covid-19.

Vaccination des assesseurs

Autre sujet de haute importance, celui de la vaccination de ceux qui seront concrètement aux manettes de ces scrutins, à savoir les assesseurs et les personnels des mairies. Ce sera ainsi aux maires de transmettre leurs listes des personnes jugées utiles aux élections et qui devront être vaccinées. La liste devra être communiquée aux préfets. Au fur et à mesure que les ces dernières seront transmises, un préfet sera nommé pour superviser cette tâche auprès de tous les autres préfets.

Quel que soit leur âge, toutes les personnes qui tiendront un bureau de vote - et qui seront ainsi compilés par les préfets - pourront se faire vacciner. En revanche les tests de dépistage ne seront pas obligatoires pour les assesseurs, ils seront simplement recommandés.

Attestation de déplacement pour les candidats

Pour les élections régionales, le dépôt des candidatures sera autorisé jusqu'au 17 mai. Les aménagements des règles électorales seront supervisés par le juriste Jean-Denis Combrexelle, du Conseil d'Etat. Une réunion aura lieu avec lui chaque jeudi matin pour lui faire remonter les difficultés.

Les candidats auront une liberté totale de circulation, assortie d'une attestation de déplacement obligatoire jusqu'à la fin de la campagne. Les bureaux de vote utilisés seront les bureaux habituels des scrutins, donc en lieu fermé. Il pourra toutefois y avoir, en cas d'accord avec les préfectures, certains bureaux de vote préparés à l'extérieur afin de limiter la circulation du virus.

Quant au porte-à porte, incontournable des campagnes de terrain, il sera autorisé même après 19 heures (si un couvre-feu à cet horaire est maintenu), y compris pour les militants. Ces derniers devront néanmoins être munis d'une attestation de leur candidat.

Anne Saurat-Dubois