BFMTV

Pourquoi Christiane Taubira est la cible favorite des attaques

Victime d'attaques racistes, Christiane Taubira bénéficie désormais du soutien de l'opposition.

Victime d'attaques racistes, Christiane Taubira bénéficie désormais du soutien de l'opposition. - -

Depuis sa nomination, la garde des Sceaux est victime d’attaques de toutes sortes. Montages racistes, attaques frontales: la ministre semble cristalliser un certain nombre de tensions.

Depuis son arrivée au pouvoir en tant que garde des Sceaux, Christiane Taubira a presque tout vu, tout entendu. Traitée de guenon, comparée à un singe, elle a été la cible d’attaques dès l’annonce de sa nomination.

Originaire de Guyane, sympathisante des thèses indépendantistes dans sa jeunesse, la ministre est de gauche, l’assume et le revendique. Elle est connue pour son caractère bien trempé et sa répartie. "Elle ne s’excuse pas d’être de gauche, elle est dans une bataille frontale des idées", analyse le politologue Thomas Guénolé.

A peine nommée, le concert des attaques a commencé. Le député de l'aile droite de l'UMP Jean-Paul Garraud, déclarait que "la composition" du gouvernement lui donnait "mal à la France". Au moment des émeutes crées par des supporteurs du PSG en mai dernier, le député UMP Jean-Sébastien Vialatte y allait de son commentaire sur Twitter - effacé depuis: "les casseurs sont souvent des descendants d'esclaves, (...) Taubira va sûrement leur donner une compensation!"

"Si Christiane Taubira est attaquée, c'est parce qu'elle est une ministre noire", rappelle le spécialiste de l'extrême droite, Sylvain Crépon. "Elle est clairement victime de racisme, principalement de la part de l'extrême droite".

La loi sur le mariage homo, cheval de bataille de Taubira

Une fois installée aux fonctions de garde des Sceaux - un ministère régalien, puissant - c’est pour défendre la loi sur le mariage homosexuel que l’on a vu Christiane Taubira à l’Assemblée nationale, bataillant pour son projet face à des députés parfois furieux. "Elle a accompagné la transformation sociétale la plus importante de ces dernières années", explique le spécialiste de l’extrême droite Sylvain Crépon.

Une loi qui a déclenché un mouvement de révolte au sein d’une droite conservatrice: "beaucoup de groupes de la droite dure et de l’extrême droite ont pu s’exprimer et avoir un nouvel élan", analyse Sylvain Crépon. "C’est aussi parce qu’elle a défendu cette loi bec et ongles que Taubira a cristallisé les tensions", selon Thomas Guénolé.

Ses ambitions judiciaires, notamment la réforme pénale, sont également venues crisper l’opposition. Avec une loi qui prône l’éloignement du "tout carcéral", favorisant la prévention à l’enfermement systématique, Christiane Taubira représente "le laxisme" qui exaspère tant l’opposition. "Elle assume seule dans l’espace politique actuel la ligne traditionnelle de gauche d’explication et de traitement social de la délinquance", affirme Thomas Guénolé.

Une ministre sous protection renforcée

Sa solitude, Christiane Taubira en a parlé dans une interview à Libération, le 5 novembre, dans laquelle elle disait "regretter" le manque de soutiens à son égard. Désormais, la ministre bénéficie du soutien ouvert d’un grand nombre d’élus de l’UMP, qui condamnent ces attaques personnelles.

Mais plus d’un an après sa nomination, la ministre ne vient plus travailler à vélo comme elle en avait l'habitude. Elle est sous protection renforcée, car de plus en plus souvent victime d’attaques racistes. La dernière en date vient du compte Facebook d’une élue UMP de Combs-la-Ville, qui a posté une caricature de Christiane Taubira, référence à la publicité Banania. L’UMP, visiblement gênée, a demandé la suspension et l’exclusion de l’élue. 

Ariane Kujawski