BFMTV

Policiers tués à Magnanville: "un acte terroriste abject", selon Bernard Cazeneuve

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, le 14 juin 2016

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, le 14 juin 2016 - Capture BFMTV

Le meurtre d'un policier et de sa compagne à Magnanville, dans les Yvelines, est "un acte terroriste abject", a affirmé ce mardi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'issue d'une réunion d'urgence à l'Elysée.

"Un acte terroriste abject". Bernard Cazeneuve a réagi ce mardi matin au meurtre de deux policiers lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. L'attaque a immédiatement été revendiquée par le groupe terroriste Daesh. 

"Un acte terroriste abject a été commis hier à Magnanville de la part d'un individu qui s'en est pris à un commandant de police et à sa compagne, elle-même fonctionnaire dans un commissariat du département des Yvelines", a-t-il déclaré.

Réunion d'urgence à l'Elysée

Bernard Cazeneuve s'exprimait à l'issue d'une réunion d'urgence à l'Elysée. François Hollande s'est entretenu avec le Premier ministre, Manuel Valls, et les ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.

"Le président de la République a réuni l'ensemble des membres du gouvernement concernés pour faire le point sur cet acte et les suites qu'il convient de donner", a annoncé Bernard Cazeneuve, qui va se rendre aux commissariats des Mureaux et de Mantes-la-Jolie pour aller à la rencontre des policiers.

Un policier a été tué devant chez lui par un assaillant qui s'est ensuite retranché au domicile de sa victime avant d'être abattu lors d'un assaut du Raid. Dans la maison, les policiers ont découvert le corps de sa compagne et retrouvé le fils du couple, âgé de trois ans, "choqué et indemne". Le tueur avait été condamné pour participation à une filière jihadiste.

La mobilisation "totale" du gouvernement

Le ministre de l'Intérieur n'a pas souhaité donner davantage d'informations sur les circonstances du drame.

"Il appartiendra au procureur de s'exprimer sur le contenu de l'enquête en cours, ce que je n'ai pas à faire", évoquant la séparation des pouvoirs et les investigations.

Bernard Cazeneuve a rappelé la mobilisation "totale" du gouvernement "depuis des mois pour faire face à une menace que nous n'avons cessé de dire qu'elle était élevée". "Plus de 100 individus ont été arrêtés depuis le début de l'année", a-t-il insisté.

C.H.A.