BFMTV

Magnanville: le meurtrier condamné en 2013 pour sa participation à une filière jihadiste

Le RAID a mis fin à la prise d'otages en abattant le forcené.

Le RAID a mis fin à la prise d'otages en abattant le forcené. - Capture BFMTV

Un homme armé d'un couteau a tué lundi soir un policier et sa compagne, policière elle aussi, à Magnanville, dans les Yvelines. L'attaque a immédiatement été revendiquée par Daesh. L'assaillant a été abattu.

Un policier tué de plusieurs coups de couteau, sa compagne retrouvée morte: un homme se réclamant de Daesh a frappé lundi soir dans une commune de la banlieue parisienne. L'assaillant a tué le policier habillé en civil, devant chez lui, avant de se retrancher au domicile de sa victime à Magnanville et d'être abattu lors d'un assaut du Raid.

La compagne du policier est décédée

Dans la maison, les policiers ont découvert le corps de sa compagne, qui a visiblement été égorgée, et retrouvé le fils du couple, âgé de trois ans, "choqué et indemne". A peine quelques heures après, l'agence Amaq liée au groupe jihadiste a affirmé qu'un "combattant de l'Etat islamique" (EI) avait tué le couple près de Paris, selon le centre américain de surveillance de sites jihadistes SITE. 

Selon des sources policières, l'homme "s'est revendiqué du groupe jihadiste" durant les négociations avec le Raid. Des témoins ont rapporté aux enquêteurs qu'il aurait crié "Allah akbar" en attaquant le policier. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête. "Toute la lumière sera faite" sur "la nature exacte" de "ce drame abominable", a déclaré François Hollande, qui a tenu une réunion avec plusieurs ministres mardi à 07h45 à l'Elysée.

L'homme connu des services de police

L'homme abattu par le RAID, Larossi Abballa, est âgé de 25 ans et était connu des services de police pour des faits de vol et de radicalisation d'après les informations recueillies par RMC et BFMTV. Il avait été condamné en 2013 à 3 ans de prison dont 6 mois avec sursis pour sa participation à une filière jihadiste.

Selon les informations révélées par le préfet de police, les négociations tentées par l'équipe d'assaut n'ont rien donné. Le forcené a finalement été mortellement touché par les policiers du RAID aux alentours de minuit.

Domicilié à Mantes-la-Jolie, le forcené pourrait avoir choisi ses victimes par opportunité. Le policier assassiné était en effet en poste à Mantes-la-Jolie avant de travailler et Mureaux, et que sa compagne était policière au commissariat de la ville.

P.A. avec AFP