BFMTV

Police des casinos et des courses: le chef du service limogé par Valls

Le commissaire avait notamment en charge la surveillance des casinos (illustration).

Le commissaire avait notamment en charge la surveillance des casinos (illustration). - -

Des policiers de ce service chargé de surveiller les casinos, les cercles de jeux et les courses ont été mis en cause, notamment dans le cadre de l'affaire du cercle de jeu Wagram.

Le commissaire divisionnaire Jean-Pierre Alezra, chef du service central des courses et jeux, a été démis de ses fonctions, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur.

Dans un communiqué, le ministère précise que "dans l'intérêt du service, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a décidé un changement à la tête" de ce service "afin de renouveler le management". Un service qui "fermerait parfois les yeux", révélait ce jeudi Le Parisien.

Des policiers de ce service chargé de surveiller les casinos, les cercles de jeux et les courses, ont été mis en cause notamment dans le cadre de l'affaire du cercle de jeu Wagram. Le quotidien précise que "des écoutes téléphoniques accréditent la piste d'une proximité et d'une bienveillance troublantes". On parlerait même de "brigade des aveugles".

Un nouveau responsable très rapidement

L'Intérieur précise que deux procédures disciplinaires envers des fonctionnaires de ce service ont abouti à la tenue de conseils de discipline, les 19 septembre et 4 décembre. "Il sera statué avant la fin de la semaine sur ces cas individuels", annonce-t-il.

La désignation d'un nouveau responsable sera "très rapide" et, "si nécessaire, l'exercice transitoire de la direction du service sera assuré par un haut cadre de la Direction centrale de la police judiciaire", assure l'Intérieur. En revanche, "il n'est pas question de jeter l'opprobre sur la très grande majorité des agents de ce service, qui accomplissent avec intégrité et compétence des missions de surveillance et de contrôle indispensables", nuance le ministère, cité par Le Parisien.

Interrogé, le commissaire Alezra a déclaré: "C'est une mesure injuste. Je n'ai pas eu l'occasion de fournir des explications".

A.D. avec AFP