BFMTV
Gouvernement

Piketty refuse la Légion d'honneur: "une décision politique" pour Mandon

BFMTV

Invité vendredi matin sur BFMTV et RMC, le secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat et à la simplification Thierry Mandon a notamment regretté le refus de l'économiste Thomas Piketty d'accepter la Légion d'honneur. Voici l'essentiel de son interview.

# Piketty: Mandon "triste" de son refus

"Ce n'est pas le premier. Je suis triste. Je trouve ça dommage", a réagi Thierry Mandon après le refus, jeudi, de Thomas Piketty de recevoir la Légion d'honneur. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, le secrétaire d'Etat a admis que l'économiste de gauche avait refusé cette décoration pour des raisons politiques: "c'est un désaccord qu'il veut marquer avec le gouvernement", a-t-il estimé.

Thierry Mandon a également répondu au tacle de l'auteur de l'ouvrage à succès Le Capital au XXIe siècle, qui a expliqué jeudi en refusant d'être distingué que le gouvernement ferait "bien de se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe". Attribuer la Légion d'honneur "ne prend pas énormément de temps, ça n'empêche pas de s'occuper du chômage", a lancé le socialiste.

Plus tard dans la journée, Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du Numérique, a également réagi au comportement de Thomas Piketty sur France Inter. La Légion d'honneur est "un mérite reconnu par la Nation, pas pour une adhésion à la politique économique d'un gouvernement", a-t-elle estimé. "On peut le dire sans passer par une dépêche AFP un 1er janvier. C'est une question de manière".

# Impôts: la hausse, "c'est fini"

A la question de savoir si les impôts allaient continuer à augmenter, Thierry Mandon a assuré: “non, c’est fini, cette année ils baissent”. “Pour les Français les moins favorisés, ça va baisser de 6 milliards”, a-t-il poursuivi.

Au 1er janvier, “les premières tranches de l’impôt sortent de l’impôt sur le revenu (...) C’est 9 millions de Français qui vont être concernés par cette mesure”, a-t-il rappelé. Par ailleurs, “les plus privilégiés des Français vont avoir des allocations familiales qui seront en fonction de leurs revenus et vont avoir des fiscalités beaucoup plus importantes qu’ils n’en avaient les années précédentes”, a encore détaillé Thierry Mandon. Et le secrétaire d’Etat de louer l’action du gouvernement: “au niveau fiscal, la réduction des inégalités a été réelle”.

# Réforme de l'Etat: "un paquet de mesures" cette année

Sur la réforme de l'Etat, dont il a la charge, Thierry Mandon a promis "un paquet de mesures" cette année. "Il y aura des articles de loi. Est-ce que ce sera une loi sur la réforme de l'Etat, est-ce que ça rejoindra la réforme territoriale? On verra bien", a-t-il temporisé. "Il est sûr qu'il y a aujourd'hui dans les missions de l'Etat un inventaire précis à faire", l'Etat va devoir "faire le tri", a-t-il reconnu, sans toutefois donner de précisions sur le timing prévu par l'exécutif.

Parmi les chantiers prioritaires, le secrétaire d'Etat a notamment cité la politique de l'emploi, aujourd'hui "traitée au niveau national". Pour lui, la question est: "Comment on construit sur les territoires et dans les grandes régions des niveaux d'action pertinents pour que ceux qui s'occupent de l'emploi, Pôle emploi qui doit être déconcentré puissamment, puissent travailler beaucoup plus étroitement avec ceux qui s'occupent des entreprises et de la formation?". "C'est du bon sens en action, ça doit être ça la réforme de l'Etat", a-t-il plaidé.