BFMTV

Ouverture des commerces le dimanche: Macron renvoie Hidalgo dans les cordes

Le débat au sein de la majorité sur l'ouverture des commerces le dimanche au sein de la capitale n'en finit pas. Ce jeudi, c'est au tour d'Emmanuel Macron de prendre la parole dans le Parisien. Et le ministre de l'Economie n'épargne pas la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Retour à l'envoyeur. Alors qu'Anne Hidalgo a attaqué de front Emmanuel Macron sur l'ouverture des commerces le dimanche dans la capitale, celui-ci lui répond dans les colonnes du Parisien, ce jeudi. Face aux accusations de passage en force de la réforme formulées par la maire de Paris, le ministre de l'Economie a opté pour la réponse sans détours. 

"Si elle avait été en capacité d’ouvrir les commerces le dimanche dans les zones les plus attractives, nous n’aurions pas eu à mener cette réforme. Elle n’a pas souhaité que nous échangions. C’est son choix", assène ainsi Emmanuel Macron. Et de lâcher : "Je comprends que les équilibres politiques de la Ville de Paris aient rendu impossible pour sa maire de conduire cette évolution, mais ce n’est pas mon débat". 

Macron, le diviseur commun de la gauche

La brouille n’est pas anecdotique. Après ses récentes sorties sur les 35 heures ou le statut des fonctionnaires, qui ont alimenté la polémique, et la montée au créneau de Martine Aubry, mercredi, qui a fait savoir son "ras-le-bol", Emmanuel Macron est perçu par une partie de la majorité comme l’un des meilleur diviseurs communs de la gauche à quelques semaines des régionales.

Mercredi, sur BFMTV, le membre du bureau national du PS Gérard Filoche n'a pas caché son exaspération face au locataire de Bercy. "Plus vite il partira, plus on aura de chances de ne pas trop perdre les prochaines élections", a estimé le militant, connu pour ses prises de positions à gauche du parti. "En deux mois, il s’est attaqué au code du travail, à celui de la fonction publique et aux 35 heures (…) Ce n’est pas un socialiste, c’est un OVNI étrange", a également lancé Gérard Filoche, précisant avoir ouvert le site "macron-demission.fr"

A.S. avec Rym Bey