BFMTV

Laïcité: Marlène Schiappa dénonce "l'hystérisation du débat"

Invitée lundi soir sur notre antenne, la secrétaire d'Etat à l'Egalité hommes-femmes souhaite "remettre de la profondeur dans le débat" sur la laïcité.

Marlène Schiappa a fait de la laïcité un "combat politique". Invitée de Ruth Elkrief lundi soir sur notre antenne, la secrétaire d'Etat à l'Egalité hommes-femmes, qui publie Laïcité, point (éditions de l'Aube), dénonce "l'hystérisation du débat" sur le sujet.

"Il faut remettre de la profondeur dans le débat, expliquer la laïcité", défend la membre du gouvernement, qui souhaite que "la laïcité devienne un élément de consensus, de partage". "Il faut déjà sortir des questions de personnes, arrêter de se demander si l'on pense comme les uns ou les autres", estime-t-elle. 

Pour Marlène Schiappa, "la laïcité, c'est la liberté de conscience au-delà de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Le fait de dire que la raison prime sur tous les obscurantismes, c'est aussi la liberté de conscience."

Un débat "sémantique et philosophique"

Concernant le terme "islamophobie", Marlène Schiappa dit "comprendre que certains se sentent stigmatisés en tant que musulmans, qui sentent qu'on les empêche de pratiquer leur religion. L'immense majorité des musulmans veut simplement vivre dans la paix et fait partie de la République française. Mais je comprends aussi que l'utilisation de ce mot puisse poser problème."

Et de citer alors le livre posthume de Charb (Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes, éd. Les Echappés): "Je comprends que certains actes relèvent davantage du racisme que d'une atteinte à la religion", explique la secrétaire d'Etat. 

Sans trancher, Marlène Schiappa rappelle qu'il s'agit d'un "débat sémantique et philosophique passionnant", qui appelle "des débats plus longs et en profondeur" sur le sujet. 

Ariane Kujawski