BFMTV

L'ultramédiatique Manuel Valls entre à Matignon

Manuel Valls, nommé Premier ministre

Manuel Valls, nommé Premier ministre - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

PORTRAIT - A 52 ans, Manuel Valls, apôtre du social-libéralisme, a été nommé à Matignon dans l'urgence après la débâcle des élections municipales. Il devient le deuxième Premier ministre du quinquennat de François Hollande.

Né à Barcelone, Manuel Valls est l'un des rares hommes politiques français à avoir acquis la nationalité française par naturalisation. Lundi 31 mars, il a été nommé par François Hollande Premier ministre.

> POURQUOI C'EST LUI?

• Un parcours (presque) sans faute - Ancien conseiller de Michel Rocard pour les affaires étudiantes durant ses études d'Histoire à Paris, Manuel Valls fut chargé de la communication à Matignon sous Lionel Jospin (1997-2002). Il a soutenu Ségolène Royal lors de la bataille du congrès de Reims de 2008, qui a finalement couronné Martine Aubry. Du côté des urnes, il a été élu maire d'Evry en 2001 et député de l'Essonne en 2002. En 2011, il se présente à la primaire socialiste pour la présidentielle. Eliminé dès le premier tour, il rejoint François Hollande sans hésitation et devient son très efficace chargé de communication. Arrivé à l'Elysée, François Hollande en fait son ministre de l'Intérieur.

• L'art de la communication - Manuel Valls sait occuper l'espace médiatique. La semaine de sa nomination place Beauvau, le nouveau ministre s'était organisé au moins un déplacement par jour, histoire de fixer le tempo dès son arrivée. Le style Sarkozy n'était pas loin.

"Il y a une stratégie, il occupe le terrain en particulier dans les périodes creuses comme entre Noël et le nouvel An", explique à RTL Laurent Borredon, co-auteur de Manuel Valls, à l'intérieur. Plus récemment, l'affaire Dieudonné lui a offert une nouvelle occasion de se placer au centre du champ médiatique. Pour l'autre co-auteur du livre, David Revault d'Allonnes: "Il y a en fait deux générations: celle de Manuel Valls, qui raisonne en terme de tweets et de chaînes d'information en continu avec une réactivité extrême et puissante, et celle de Hollande, qui est restée à l'ère des dépêches AFP qu'on lisait sur papier".

Et la méthode marche, Manuel Valls est devenu l'un des ministres préférés des Français, de droite comme de gauche, régulièrement en tête des sondages de popularité.

> SES LIMITES

• Mal-aimé au PS. Manuel Valls n'a pas que des amis au sein de la majorité. Sur les Roms, l'affaire Leonarda, la TVA sociale, les 35 heures, ses positions ont troublé au sein de la majorité, notamment chez ses partenaires d'Europe Ecologie - Les Verts. Dans l'entre-deux-tours des municipales, Cécile Duflot aurait eu un dialogue très franc avec le ministre de l'Intérieur. "Si tu vas à Matignon, je ne ferai pas partie du gouvernement..."

A la gauche du PS, certains sont carrément allergiques à l'ancien ministre de l'Intérieur. Pour rappel, en 2009, Martine Aubry, dans une lettre ouverte, lui avait demandé de quitter le parti après ses propos sur les 35 heures.

• Sa (trop) grande ambition. La scène se déroule, pendant la campagne présidentielle. Dans les couloirs du journal Libération qui recevait le candidat Hollande, Valls s'attarde un peu avec les journalistes, jusqu'à ce qu'on demande où il se trouve. "Il prépare 2017", ironise alors François Hollande...

Aujourd'hui encore Manuel Valls envisagerait toujours l'option selon laquelle François Hollande renoncerait à se présenter en 2017 pour apparaître comme un recours. Une ambition qui complique parfois les relations entre les deux hommes.

|||Coté vie privée:
Divorcé et père de quatre enfants, Manuel Valls s'est remarié en 2010 à la violoniste Anne Gravoin.

Hélène Favier