BFMTV

Jean-Marie Le Guen "très frappé par la radicalisation à droite de Nicolas Sarkozy"

Jean-Marie Le Guen sur BFMTV, le 23 août 2016.

Jean-Marie Le Guen sur BFMTV, le 23 août 2016. - BFMTV

Au lendemain de l'officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, s'est dit mardi sur BFMTV "très frappé par la radicalisation à droite" de l'ancien chef d'Etat.

"Je ne méprise aucune des candidatures", a-t-il dit. "La droite peut l’emporter et Nicolas Sarkozy peut être désigné comme candidat de la droite. Mais avec aussi la prise de conscience que l’extrême droite peut aussi remporter l’élection, la gauche doit réaliser que la dispersion n’est pas une bonne chose. La capacité d’être présent au premier tour est déterminante. La division peut être tout à fait nocive.", s'est-il alarmé, après notamment les déclarations de candidature de Benoit Hamon et Arnaud Montebourg. 

Pour lui, "le camp républicain l’emportera face au Front national, peut-être avec difficulté, s’il est capable de rassembler l’ensemble des républicains."

"Et ceux qui à droite - M. Sarkozy semble-t-il est plutôt sur cette orientation là - font une campagne de la droite dure, comme ceux à gauche qui feraient une campagne de la gauche dure, ne se mettent pas en position de l’emporter au second tour face à Mme Le Pen", a estimé Jean-Marie Le Guen. 

Et de brocarder les positions prises par l'ex-chef des Républicains dans son livre à paraître mercredi, dont les grandes lignes ont déjà été dévoilées dans la presse. 

"Je suis très frappé par la radicalisation à droite de Nicolas Sarkozy", a-t-il lancé. "En matière économique et sociale, son programme ce n’est pas Tout pour la France (le titre de l'ouvrage, Ndlr) mais 'tout pour les riches'. On n’a jamais vu un programme d’une radicalité aussi grande, prometteur d’inégalités explosives à l’intérieur de notre pays et d’une véritable destruction de la cohésion sociale."

V.R.