BFMTV

Jack Lang: l'éviction de Fleur Pellerin a manqué de "sens humain"

Selon Jack Lang, l'éviction de Fleur Pellerin a manqué de "sens humain"

Selon Jack Lang, l'éviction de Fleur Pellerin a manqué de "sens humain" - Stéphane de Sakutin - AFP

Invité de France Inter mardi, le président de l'Institut du monde arabe a étrillé l'exécutif sur la gestion du dernier remaniement, fustigeant notamment un "manque de sens de l'humain" dans le débarquement de Fleur Pellerin, ou une "instabilité ministérielle" avec des "responsables sur des sièges éjectables".

Jack Lang au secours de Fleur Pellerin. L'emblématique ex-ministre de la Culture a estimé lundi sur France Inter que François Hollande avait "manqué de sens de l'humain" dans son éviction sans ménagement du gouvernement pour être remplacée par Audrey Azoulay rue de Valois.

"Ce qui me choque un peu c'est qu'on vire quelqu'un comme ça, sans aucun préavis d'aucune sorte. Elle a appris ça à la dernière minute", a critiqué le président de l'Institut du Monde arabe (IMA). "Je pense que les rapports humains ça compte aussi, le respect des personnes. Je n'ai pas trouvé très correcte la façon dont elle a été éjectée", a-t-il poursuivi.

François Hollande "est un homme qui montre le plus souvent un sens de l'humain, un sens des personnes, un respect des autres", a-t-il dit. "Il me semble que ce jour-là il a peut-être manqué de ce sens de l'humain", a conclu l'ancien ministre.

"Instabilité ministérielle"

Interrogé par la journaliste Léa Salamé sur la Une du Parisien, qui titrait vendredi, au lendemain du remaniement, "Monsieur Bricolage" au-dessus d’une photo de François Hollande, l'ancien ministre a éreinté, plus globalement, la méthode suivie par l'exécutif.

"C’est typiquement français, c’est une french touch! On a un génie particulier en France, en quelques heures, entre deux portes, on change un gouvernement. Tout d’un coup il y a un truc qui craque et puis on change deux-trois têtes. D'où le sentiment de replâtrage", a-t-il critiqué.

"Plus grave encore, l'instabilité ministérielle: trois ministres de l'Education en trois ans, trois ministres de la Culture en trois ans, trois ministres du Logement en trois ans... Comment conduire des politiques de changement, de transformation alors que les responsables sont à ce point sur des sièges éjectables?", a fustigé Jack Lang, selon qui "on pouvait très bien aménager à la marge".

"Immoralité de certaines personnalités"
"Plus grave encore dans ce remaniement, c'est l'immoralité de certaines personnalités qui hier étaient les contempteurs les plus durs du président de la République, notamment sur la déchéance de nationalité, et aujourd'hui s'installent dans leur fonction comme si de rien n'était", a dénoncé Jack Lang, visant notamment Emmanuelle Cosse, nouvelle ministre du Logement et ancienne dirigeante écologiste opposée à l'extension de la déchéance de nationalité.

"Je pense qu'il faut en effet que Madame Cosse comprenne qu'un gouvernement c'est une équipe, et donc qu'elle tire dans le même sens", a dit Jack Lang. "Elle n'a pas à faire part de ses états d'âme. Ou qu'elle quitte le gouvernement si elle ne s'y sent pas à l'aise."

A.-F. L. avec AFP