BFMTV

Gérald Darmanin, le ministre qui a séduit Macron et Philippe

Gérald Darmanin et Edouard Philippe le 13 décembre 2017 à l'Elysée.

Gérald Darmanin et Edouard Philippe le 13 décembre 2017 à l'Elysée. - Bertrand GUAY / AFP

Le ministre de l'Action et des comptes publics est relativement discret depuis sa nomination mais a su trouver sa place au sommet de l'Etat. Passé de la droite à La République en marche, il s'est progressivement assuré la confiance du président.

En quelques mois, Gérald Darmanin a franchi tous les cercles menant juqu'au président de la République. Lorsqu'il a été nommé ministre de l'Action et des comptes publics, il était un transfuge des Républicains, au même titre que plusieurs autres membres du gouvernement, à commencer par le Premier d'entre eux, Edouard Philippe. A 35 ans, l'ancien maire de Tourcoing reste relativement peu connu des Français, mais sur le terrain et en interne, il a opéré un travail de séduction qui a pris progressivement.

Notamment avec les élus de la majorité, dont certains ont vu en lui une "révélation" lorsqu'il a présenté conjointement le budget avec Bruno Le Maire au Parlement. Et avec Emmanuel Macron qui, de l'aveu de plusieurs de ses proches, ne lui accordait pas une grande confiance au départ.

"Il est normal qu'il ait sa place"

Comme le rapporte Le Parisien ce vendredi, Gérald Darmanin a désormais le privilège de compter parmi les convives des dîners organisés régulièrement par le chef de l'Etat, afin de faire le point sur l'actualité politique et d'évoquer les semaines à venir. Parmi les convives, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le délégué général de La République en marche Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement Benjmin Griveaux, ou encore Richard Ferrand, chef de file des députés marcheurs, mais aussi certains alliés du MoDem, comme François Bayrou et Marielle de Sarnez. 

"Darmanin est Marcheur désormais. Il a adhéré au parti, il est normal qu'il ait sa place parmi nous", confie l'un des participants. 

Proche d'Edouard Philippe

Le jeune ministre qui a adhéré à la République en marche après son exclusion des Républicains entretiendrait aussi une relation privilégiée avec Edouard Philippe. D'après L'Opinion, c'est vers Gérald Darmanin que se tourne le Premier ministre quand il a besoin "de reprendre son souffle". Et le quotidien libéral de raconter ce jour d'automne où, revenant d'un enterrement dans sa ville du Havre, qui l'avait beaucoup affecté, Edouard Philippe a appelé le ministre en rentrant et l'a rejoint à Bercy. Gérald Darmanin a déjeuné avec lui, après avoir annulé un autre engagement et les deux hommes ont parlé "très peu de politique, mais beaucoup de la vie".

Sa cote de popularité n'empêche cependant pas l'ancien maire de Tourcoing d'avoir des états d'âme. Dans le dernier numéro de la revue Charles, il explique subir les "contraintes" liées à sa fonction. "Le ministère, ça m'enferme. Je ne suis pas extrêmement heureux. Je ne suis pas malheureux, mais c'est un moment de ma vie…", explique-t-il, se disant sûr qu'il "arrêtera" après son expérience gouvernementale.

A moins que sa légendaire ambition soit telle que certains proches la décrivent. Et qu'il ne prenne goût aux dîners présidentiels. 
C.V.