BFMTV
Gouvernement

E-cigarette: Touraine veut l'interdire dans "plus de lieux publics"

Marisol Touraine veut élargir le nombre de lieux publics interdits à la cigarette électronique.

Marisol Touraine veut élargir le nombre de lieux publics interdits à la cigarette électronique. - -

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, était mercredi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Vote du plan d'économies, retraites, accès aux soins, prix du tabac, interdiction de la cigarette électronique... Voici ce qu'il fallait retenir de l'interview de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, mercredi matin sur BFMTV et sur RMC.

# La dernière bouffée de cigarette électronique?

Marisol Touraine veut-elle suivre l'exemple de New York, qui vient d'interdire la cigarette électronique dans les lieux publics? "Je souhaite qu'on puisse avoir le plus de lieux publics interdits à la cigarette électronique", répond la ministre, rappelant que l'interdiction de leur vente aux mineurs a déjà été votée. "Je ne voudrais pas qu'à travers la cigarette électronique, on redonne l'envie du geste et l'envie du goût du tabac".

Sur BFMTV et sur RMC, Marisol Touraine annonce la présentation cet été d'une loi visant à étendre le nombre de lieux publics où la cigarette électronique sera interdite. Les gares, les terrasses de cafés? "Je suis favorable à l'interdiction là où il y a beaucoup de monde, des enfants, là où le geste peut inciter à fumer".

Sur le prix du tabac, "la discussion va s'ouvrir. Nous devons tout mettre en place pour que le tabagisme recule. Il y a trop de fumeurs. Moi je suis en faveur d'une augmentation des prix, mais sans rien faire d'autre, ce n'est pas utile. Je voudrais des campagnes qui prennent un peu plus aux tripes. Quand vous avez 15 ans et qu'on vous parle d'un risque de cancer à 50 ans, c'est le bout de la vie", plaide Marisol Touraine, espérant des campagnes de communication "un peu plus trash, diraient les jeunes".

# La fin de la récré

D'abord interrogée sur les députés PS abstentionnistes lors du vote mardi sur le plan d'économies de Manuel Valls, Marisol Touraine estime qu'"il y a eu un vote de soutien et maintenant il faut mettre en place le plan (...). Nous allons travailler avec l'ensemble des parlementaires".

Marisol Touraine appelle les frondeurs à rentrer dans le rang. "J'appelle l'ensemble des parlementaires, en particulier ceux qui se sont abstenus, parce qu'il y a eu un vote majoritaire. Il faut faire preuve de responsabilité".

# Le coup de pouce

"Il y aura une revalorisation du pouvoir d'achat" pour les bénéficiaires de pensions de retraites jusqu'à 1.200 euros par mois, confirme Marisol Touraine. La retraite des plus modestes "ne sera pas gelée", elle sera "alignée sur l'inflation".

En termes d'accès aux soins, "il n'y aura pas de (nouveaux) déremboursements, pas de (nouvelles) franchises", promet la ministre des Affaires sociales et de la Santé.

# Le médicament à l'unité

Marisol Touraine confirme une prochaine baisse du prix des médicaments. "Nous allons travailler avec l'industriue pharmaceutique à des baisses de prix. Ce qui est important c'est de financer l'innovation", prenant l'exemple de l'hépatite C: "On a un traitement, c'est innovant". "Nous devons consommer moins de médicaments et des médicaments génériques. Les pharmaciens ont maintenant moins de difficultés pour proposer des génériques", assure la ministre.

Sur BFMTV et sur RMC, Marisol Touraine annonce une petite révolution: "Nous allons lancer l'expérimentation de la vente de médicaments à l'unité. Plusieurs régions dont l'Ile-de-France vont tenter l'expérimentation".

A.L.M.