BFMTV

Coronavirus: 100.000 policiers et gendarmes mobilisés pour faire respecter le confinement sous peine d'amende

Peu après l'allocation d'Emmanuel Macron annonçant de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19, son ministre de l'Intérieur a apporté des précisions.

L'allocution d'Emmanuel Macron, qui détaille les nouvelles mesures imposées aux Françaises et Français pour lutter contre la propagation du coronavirus, n'a pas évoqué une seule fois le mot "confinement". Celle de Christophe Castaner, quelques dizaines de minutes plus tard, s'est en revanche évertuée à détailler comment ce dernier sera organisé et comment il devra être contrôlé.

"Le mot d'ordre est clair: restez chez vous!", a débuté le ministre de l'Intérieur, dans un message martelé à de nombreuses reprises au cours de sa prise de parole.

Ainsi, près de 100.000 policiers et gendarmes vont être mobilisés et des points de contrôle, fixes et mobiles, seront organisés partout sur le territoire. Seuls les déplacements jugés "indispensables" comme décrits par les autorités, seront autorisés. Toutes les personnes qui circuleront devront être "en mesure de justifier leur déplacement", a-t-il en outre affirmé, précisant qu'une amende pour les contrevenants, aujourd'hui de 38 euros, serait prochainement portée à 135 euros.

Quels sont les déplacements autorisés?

Pour chaque déplacement, outre certaines cartes professionnelles, les Français devront présenter un "document attestant sur l'honneur le motif" du déplacement, notamment téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur.

"Notre pays ne doit pas s'arrêter totalement. Des exceptions pourront être tolérées pour les déplacements entre le domicile et le travail. Lorsque ces déplacements sont indispensables pour des activités ne pouvant être interrompues, ni organisées sous forme de télétravail", a détaillé le ministre.

D'autres déplacements échappent aux restrictions: ceux "nécessaires pour faire des courses ou pour les besoins de première nécessité, pour motifs de santé, pour les déplacements au motif familial impérieux, pour les personnes vulnérables, pour venir en aide à un proche dépendant ou pour des parents séparés pour aller chercher ou déposer les enfants", a-t-il encore ajouté.

Le ministre a également précisé que des "déplacements brefs à proximité du domicile" seraient également tolérés. "On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien mais chacun devra le faire avec parcimonie", a encore complété le ministre. 

"Si je veux résumer: on pourra prendre l'air mais certainement pas jouer un match de foot", a souligné le ministre de l'Intérieur.
Jérémy Maccaud avec AFP