BFMTV

Benalla: Le Maire juge les motions de censure "totalement décalées"

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, était ce mardi matin l'invité d'Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, Bruno Le Maire juge "totalement décalé" le dépôt de deux motions de censure par l'opposition, ce mardi après-midi à l'Assemblée nationale. Provoquées par l'affaire Benalla, à l'initiative de trois groupes de gauche pour l'une, et du groupe Les Républicains pour l'autre, celles-ci vont être examinées et soumises à un vote des députés dans l'hémicycle.

"Que les oppositions ne trouvent pas mieux à faire que de déposer deux motions de censure, ça me paraît décalé par rapport à la réalité de cette affaire, décalé surtout par rapport aux attentes des Français", regrette le ministre de l'Economie et des Finances. "Comme elles n'arrivent pas à livrer de bataille sur le chômage, la croissance, l'emploi, les oppositions livrent des batailles pour elles-mêmes, pour se faire entendre. On est dans la posture: je trouve ces motions de censure inutiles, je ne vois pas à quoi elles servent".

"Les oppositions n'ont réussi que l'obstruction"

"Je trouve ça triste pour les oppositions", insiste Bruno Le Maire, "je trouve ça triste pour le débat démocratique. Ces deux motions de censure, elles sont inutiles et décalées. Bien sûr qu'il y a eu un problème, mais comment on le règle? Avec une enquête de l'inspection générale de la police nationale, par la justice, par les commissions du Parlement, mais on ne règle pas une affaire comme celle-là par deux motions de censure. Ca me paraît exagéré. Je pense aux Français qui regardent le débat démocratique et qui se disent: 'nous on voudrait un vrai débat sur ce qui nous concerne'".

Depuis deux semaines, le travail parlementaire est perturbé à l'Assemblée depuis qu'a éclaté l'affaire Benalla, au point que les débats sur la révision constitutionnelle s'en sont trouvés paralysés. "La seule chose qu'aient réussi les oppositions, qui se donnent la main, droite et gauche confondues, c'est l'obstruction. C'est la seule chose qu'elles sachent faire, et je pense qu'il y a une immense lassitude des Français devant ce spectacle que donnent les oppositions qui ne savent de bloquer, interdire, empêcher, parce qu'elles n'ont rien à proposer".

A.L.M.