BFMTV

Belloubet: le gouvernement "tirera les conséquences" si la transformation de l'ISF n'a pas été efficace

Si la ministre de la Justice et le porte-parole du gouvernement assurent que le retour à l'ISF "n'est pas sur la table", en pleine crise des gilets jaunes, ils rappellent qu'une évaluation de sa transformation par les parlementaires est au programme.

En pleine crise des gilets jaunes, le gouvernement assure vouloir engager "un dialogue autour des questions fiscales", moyen pour Nicole Belloubet, interrogée ce mercredi sur BFMTV et RMC, d'avoir "un impact sur le pouvoir d'achat".

Parmi les revendications des gilets jaunes, qui manifestaient à l'origine contre la hausse des taxes sur les carburants, figure notamment le retour de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Ce dernier a été transformé au 1er janvier 2018 en impôt sur la fortune immobilière (IFI).

L'efficacité de l'IFI sera évaluée, a promis la garde des Sceaux sur notre antenne ce mercredi, comme cela "a toujours été dit".

"L'objectif n'était pas d'alléger l'impôt pour les plus riches"

"Je comprends que ça ait été lu comme ça, mais l'objectif n'était pas d'alléger l'impôt pour les plus riches", a relevé la ministre de la Justice, c'était de ré-investir de l'argent dans les entreprises. C'est ça qu'il faut évaluer."

Si Nicole Belloubet a assuré que "les conséquences seraient tirées" si l'IFI ne fonctionnait pas, elle a pourtant martelé que "personne" n'avait mentionné le rétablissement de l'ISF et évoqué "d'autres mesures fiscales", notamment à propos des niches de certaines professions.

"Si quelque chose ne marche pas, on n'est pas idiots, on va le changer"

"Tout peut être mis sur la table au moment de ce travail sur la fiscalité", a-t-elle assuré. Pour le secrétaire d'Etat et porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, le retour de l'ISF n'est pas non plus "sur la table", mais il a reconnu sur RTL ce mercredi matin que "si une mesure ne fonctionn(ait) pas", le gouvernement n'était "pas idiot" et allait "la changer".

"Mais avant on va l'évaluer, et on va l'évaluer avec le Parlement; il faut que ce travail puisse s'engager", a-t-il rappelé.
Liv Audigane