BFMTV

Ayrault: "Je suis le chef du gouvernement de la réalité"

Jean-Marc Ayrault, sur le plateau du 20h de TF1, dimanche 5 mai.

Jean-Marc Ayrault, sur le plateau du 20h de TF1, dimanche 5 mai. - -

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dressé un bilan de l'année écoulée, ce dimanche soir, à la veille du premier anniversaire de l'arrivée de François Hollande à l'Elysée.

"Mon gouvernement a engagé des réformes en profondeur". Sur TF1, dimanche soir, Jean-Marc Ayrault a tenté de sauver le bilan de l'action gouvernementale, à la veille du premier anniversaire de l'arrivée de François Hollande à l'Elysée et au terme d'une journée de manifestations visant à contester les décisions de la majorité.

"Il y a parfois des couacs, mais ce qui est essentiel pour les Français, c'est la ligne du gouvernement, le cap. Ce cap, il est fixé par le président de la République et moi-même et personne d'autre, et il est tenu", a notamment déclaré Jean-Marc Ayrault, assurant que la "politique qui a été décidée est bien conduite" et vise à favoriser le "retour de la croissance".

"Pas d'inefficacité"

Interrogé sur l'inefficacité de ces mesures gouvernementales face au taux de chômage record et à la baisse du pouvoir d'achat, le Premier ministre s'est défendu: "Il n'y a pas une inefficacité. Quand vous êtes un jardinier ou un paysan et que vous semez, ça ne pousse pas dans les minutes qui suivent, parfois il faut s'y reprendre à plusieurs fois parce que la terre n'a pas été entretenue. C'est la situation de notre pays".

Avant de rejeter la responsabilité sur le bilan de l'opposition: "Les vrais problèmes des Français, c'est la situation du pays que nous avons trouvé".

Réformes "sans précédent"

"Je suis le chef d'un gouvernement de la réalité du pays", a également déclaré Jean-Marc Ayrault. "Cette réalité s'impose à moi comme un fait, mais je ne veux pas m'y soumettre, je veux la transformer", a-t-il affirmé.

Et de défendre une nouvelle fois le premier bilan gouvernemental: "Si l'on fait l'inventaire de toutes les mesures que nous avons prises et de toutes les réformes que nous avons engagées, c'est sans précédent (...). Tout cela va finir par porter ses fruits. L'objectif, c'est le retournement de la courbe du chômage".