BFMTV

Ayrault à l'UMP: "Vous distillez, vous dénigrez, vous salissez"

Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale le 17 avril 2013.

Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale le 17 avril 2013. - -

L'affaire Cahuzac continue d'animer les débats à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre a dû répondre à ce sujet au député UMP Philippe Meunier qui l'a directement attaqué à l'Assemblée nationale ce mercredi après-midi.

L'attaque a été frontale: "Le mensonge est la marque de fabrique du quinquennat de François Hollande!" c'est ainsi que Philippe Meunier, député UMP du Rhône, s'est adressé, ce mercredi après-midi, à Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale. L'affaire Cahuzac et ses développements étaient au cœur de la charge de l'élu de l'opposition. Le Premier ministre a réfuté avec force les accusations dont il a été l'objet.

Tout d'abord, le député de l'opposition a interrogé le Premier ministre sur l'existence d'un compte à l'étranger de l'ex-ministre du Budget. Très remonté, il l'a mis directement en cause ainsi que le président de la République. "Soit, vous n'étiez pas informés de ce délit et cela fait de vous des hommes incapables de protéger et défendre les intérêts de la France. Soit vous étiez informés de la situation, vous avez alors manœuvré afin de maintenir secret le compte illicite de Jérôme Cahuzac", a-t-il accusé. Puis, il a demandé avec insistance: "Quand allez-vous dire la vérité aux Français?"

"Vous vous croyez dignes?"

Sous les huées d'une partie de l'Hémicycle, Jean-Marc Ayrault a pris la parole d'un ton grave: "vous pouvez insinuer ce que vous voulez. Cela ne sert à rien, je vous demande un minimum de respect du président de la République". Puis élevant la voix, il s'est adressé aux bancs de l'opposition: "Vous instillez, vous distillez, vous dénigrez, vous salissez et vous n'avez rien d'autre à faire. Vous vous croyez dignes?"

Répondant aux accusations du député UMP, il a affirmé avec force: "Vous vous imaginez un instant que si le président de la République et moi-même ayons eu la moindre information de Jérôme Cahuzac, il aurait été nommé membre du gouvernement." Avant de l'interpeller par un "Vous vous moquez du monde, non!"

"Quel contraste avec la période passée!"

Il a ensuite souligné que l'affaire Cahuzac montrait que la "justice fonctionne dans ce pays". "Comparez à ce qui s'est passé dans la période précédente et vous verrez la différence!" a fait valoir Jean-Marc Ayrault.

Selon lui, "le parlement lui-même est respecté" puisqu'une commission d'enquête parlementaire va être mise en place pour faire la lumière sur l'affaire Cahuzac. "Quel contraste avec la période passée! Moi, je n'ai pas la mémoire courte, je sais à quel point vous avez tout fait pour refuser les commissions d'enquête", a-t-il enchaîné. "Sur Karachi, vous l'avez refusée, sur les sondages de l'Elysée, vous l'avez refusée, sur l'affaire Tapie, vous l'avez refusée!" a-t-il détaillé.

Philippe Meunier a ensuite été rappelé verbalement à l'ordre par le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, qui a invoqué l'article 73-5 du règlement de l'Assemblée. Celui-ci punit les députés qui profèrent injure ou menace contre le président de la République, le Premier ministre ou le gouvernement.


À LIRE AUSSI:

>> Ayrault juge "pathétique" l'interview de Cahuzac

>> Affaire Cahuzac: les questions encore en suspens

À VOIR AUSSI:

>> EXCLUSIF - Cahuzac dément avoir plus de 600.000 euros à l'étranger

>> L'intégrale de l'interview exclusive BFMTV-RMC de Jérôme Cahuzac

Elise Maillard avec AFP