BFMTV

Attaque de Strasbourg: Blanquer dénonce les "ignobles" théories du complot

Jean-Michel Blanquer, le 11 décembre 2018.

Jean-Michel Blanquer, le 11 décembre 2018. - Thomas Samson - AFP

Le ministre de l'Education nationale a dénoncé ce mardi matin les théories du complot qui fleurissent sur Internet après l'attentat de Strasbourg.

Des théories "ignobles", selon Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Education nationale a été invité à réagir ce mardi matin sur RTL aux théories complotistes qui fleurissent en nombre sur Internet après l'attentat perpétré lundi soir à Strasbourg, qui a fait trois morts et treize blessés.

Depuis lundi soir, de nombreux internautes diffusent et relaient des thèses complotistes, qui accusent notamment le gouvernement de faire "diversion" avec cette attaque pour étouffer le mouvement des gilets jaunes ou remettre en place l'état d'urgence, et restreindre ainsi la possibilité de manifester.

"Quand on ne sait pas, on ne parle pas"

L'un des porte-parole des gilets jaunes, Maxime Nicole a diffusé dans la soirée sur son compte Facebook une vidéo dans laquelle il estime qu'il ne s'agit pas vraiment d'un attentat, car les faits se sont passés le soir à 20 heures avec "trois personnes dans la rue". 

"A chaque fois qu'il se passe des choses ignobles, il y a de l'ignoble qui vient se rajouter à l'ignoble", a réagi Jean-Michel Blanquer.

"Je pense que la pudeur, la mesure, ce sont des qualités que l'on devrait développer un peu plus aujourd'hui. Et quand on ne sait pas, on ne parle pas, tout simplement. Pensons aux familles des victimes, pensons à la gravité de ce qui se passe pour la France et pour le monde sur ces sujets de terrorisme. On a pas besoin de ces personnes qui développent ces thèses complotistes, c'est un peu la facilité de notre époque, et ça pose beaucoup de questions sur les aspects négatifs des réseaux sociaux", a développé le ministre.

A.S.