BFMTV

A trois jours des municipales, Valls rassure le monde rural

Le ministre de l'Intérieur s'est adressé au "monde rural" dans Le Chasseur français

Le ministre de l'Intérieur s'est adressé au "monde rural" dans Le Chasseur français - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Gens du voyage, sécurité en milieu rural, le ministre de l'Intérieur a répondu au "Chasseur Français". Un exercice à destination d'un lectorat pas vraiment encarté socialiste.

Manuel Valls était moins présent dans les medias ces derniers temps. Son aveu d'avoir découvert dans la presse les écoutes de Nicolas Sarkozy avait étonné, puis il s'était fait discret. Mais le ministre de l'Intérieur donne au Chasseur français du mois d'avril un entretien où il assure "savoir ce que traverse le monde rural en matière de sécurité". Le premier flic de France est de retour... en zone gendarmerie.

Adressé aux chasseurs et agriculteurs, un électorat majoritairement de droite, selon un sondage du JDD, les propos de Manuel Valls, plutôt apprécié par les opposants à François Hollande, se veulent rassurants. Le ministre est "à l'écoute" des craintes sécuritaires et dénonce des cambriolages "insupportables" contre lesquels il faut "agir plus efficacement. [...] Le plan de lutte que j'ai lancé en 2013" a permis, selon le locataire de la place Bauveau, de démanteler "un réseau criminel étranger", responsable de vols de tracteurs.

Mais Manuel Valls, dont le bilan a été diversement jugé par l'opposition, met en garde contre "la dérive vers l'autodéfense" à l'américaine, bien que le système de surveillance entre voisins soit "intérressant".

-
- © Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Valls revient sur les gens du voyage

"Quelles que soient les circonstances, ce sont toujours les forces de l'ordre qui doivent intervenir dans le cadre de la loi" martèle le ministre qui appelle à la coordination des services malgré une baisse des effectifs imputé au "gouvernement précédent".

Tout au long des cinq pages d'entretien Manuel Valls pose tour à tour dans le jardin du ministère, à son bureau, seul et tout sourire ou face au journaliste de l'hebdomadaire. Des "poids lourds dépouillés" et des gendarmes à proximité d'un camp de gens du voyage agrémentent aussi la mise en page.

Manuel Valls est d'ailleurs revenu sur le cas des "campements illicites". Un thème qui lui avait valu une polémique et les critiques acerbes de ses alliés écolos l'été dernier. "La République ne peut tolérer aucune dérive. Il n'est pas acceptable que des personnes s'installent illicitement sur la propriété d'autrui", dit-il avant de compléter: l'Etat doit se placer aux côtés des élus [...] et des gens du voyage [...] Vers un partage apaisé de l'espace public".

Pour le reste, Manuel Valls opposé l'habituel "fléau de l'insécurité routière" aux questions sur le permis à points ou la limitation des vitesses autorisées. Manuel Valls est de retour pour un public loin d'être acquis à la cause de la majorité. Et, à trois jours des municipales, il n'a fait aucun excès.

Samuel Auffray