BFMTV

Gilets jaunes: quelle mobilisation à Paris et en régions samedi?

Une manifestante ayant revêtu, en plus du gilets jaune, le bonnet phrygien de la révolution française.

Une manifestante ayant revêtu, en plus du gilets jaune, le bonnet phrygien de la révolution française. - Damien MEYER / AFP

Les gilets jaunes ont déjà préparé le week-end à venir, dans les régions et à Paris. Et les autorités ont pris leurs dispositions. Tour d'horizon des événements déjà connus.

Les défilés parisiens des gilets jaunes concentrent toujours l'essentiel de l'attention mais leur mobilisation ne se limite pas à Paris, loin s'en faut. La contestation sociale et politique se décline aussi dans les régions. De nombreux événements en province sont déjà programmés... et anticipés par les autorités et les forces de l'ordre.

Clermont-Ferrand, l'une des principales mobilisations 

Pour le quinzième week-end d'action, l'une des principales mobilisations prendra place à Clermont-Ferrand. Les grilles autour des arbres ont déjà été enlevées, signale Le Point qui note aussi que tous les bâtiments publics seront fermés samedi, ainsi que les parcs. Le journal La Montagne complète le tableau des mesures prises. À la demande de la préfecture locale, les 660 vélos en libre-service C.Vélos, répartis en 52 stations dans l'agglomération, ont commencé à être retirés à la circulation, depuis mercredi soir. Ils ne seront remis dans leur intégralité à disposition que lundi matin.

En principe, promet la SNCF, l'influence sur le trafic ferroviaire sera nulle. Par arrêté préfectoral, une vingtaine d'agents de la sûreté ferroviaire pourront aussi procéder à des palpations lors des contrôles. La gare routière sera quant à elle déplacée le temps de la mobilisation.

  • Plus au sud, Gap verra affluer les manifestants des Alpes et des vallées environnantes. Et leurs rangs seront grossis par les cortèges syndicalistes. En effet, la CGT, FO, FSU et Solidaires ont appelé à un défilé commun. 

D'Ouest en Est 

Rennes aussi s'attend à un nombre important de protestataires dans ses rues. Selon une source syndicaliste policière, citée par Le Mensuel de Rennes, "il pourrait y avoir 3.000 manifestants, peut-être un peu moins...". Ce même interlocuteur a évoqué le dispositif qui sera déployé en réponse: "Au moins trois cents gendarmes et policiers seront présents pour tenter d’éviter les débordements". 

À Épinal aussi, où des violences ont été remarquées la semaine dernière, la vigilance sera de mise. L'endroit étant le lieu de rendez-vous régional des gilets jaunes ce samedi, ceux-ci devraient provenir de toute la Lorraine, selon le site Actu.fr. Un communiqué émanant de Pierre Ory, préfet des Vosges, a recommandé de "ne pas laisser des déchets dans la rue (poubelles, cartons…) qui peuvent-être incendiés ; rentrer tout objet (vélos, trottinettes, scooters…) risquant d’être dégradé ou de servir de projectile". Il a aussi demandé aux commerçants "en cas de menace de troubles à l’ordre public d'abaisser rapidement les moyens de protection de leur commerce (rideaux, grilles…)".

À Bordeaux, place forte des gilets jaunes et théâtre chaque samedi de heurts violents, les syndicats de police ont alerté vendredi les autorités nationales sur la situation "critique" et la "lassitude morale et physique" des policiers, réclamant des moyens de lutte plus efficaces contre "la guérilla urbaine".

À Chambord, un appel à pique-niquer devant le célèbre château, où Emmanuel Macron avait fêté ses 40 ans fin 2017, a été lancé. Les organisateurs, qui espèrent "au moins 2.500 personnes", dont Priscillia Ludosky, figure du mouvement. 

D'autres rassemblements ont été annoncés sur Facebook dans d'autres métropoles régionales: Bordeaux, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse, etc.).

Une nouvelle manifestation projetée sur les Champs-Elysées 

Si de nombreuses mobilisations d'ampleur doivent donc être organisées dans les régions, Paris ne sera pas en reste pour autant. Deux événements Facebook appellent les gilets jaunes à se réunir dans la matinée à Paris en haut des Champs-Elysées, autour de l'Arc de Triomphe, avant de commencer à 13 heures une "marche dans les beaux quartiers" dont la dispersion est prévue à Trocadéro à 18 heures.

Quelque 3.800 personnes ont annoncé vendredi après-midi leur intention de participer à ces rassemblements, et plus de 18.000 se sont déclarées "intéressées", des chiffres qui ne présument pas de l'affuence dans la rue: samedi dernier, 5.000 "gilets jaunes" ont défilé dans la capitale.

Éric Drouet, l'une des figures du mouvement, a annoncé mercredi sur Youtube sa présence samedi à Paris, affirmant recevoir "beaucoup d'invitations" pour "aller dans d'autres villes sur certains actes, comme à Toulouse". "On ne lâche rien", a ajouté le chauffeur routier.

"Si certains pensent que les policiers seront épuisés et qu'on les aura à l'usure, ils se trompent. Les policiers seront présents et feront leur métier", a assuré vendredi Christophe Castaner, lors d'un déplacement à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis.

Robin Verner