BFMTV

Gilets jaunes: dans une lettre ouverte, Eric Drouet demande à rencontrer Emmanuel Macron

Mobilisation des gilets jaunes à Paris, le 19 janvier (photo d'illustration)

Mobilisation des gilets jaunes à Paris, le 19 janvier (photo d'illustration) - Zakaria ABDELKAFI / AFP

Le groupe, mené par Eric Drouet, menace d'intensifier le mouvement si Emmanuel Macron n'accepte pas cette demande de rencontre.

La France en colère, le mouvement du gilet jaune Eric Drouet, a adressé une lettre ouverte au président de la République lundi soir. Publiée sur les réseaux sociaux, elle relaie une demande de rencontre avec Emmanuel Macron le plus rapidement possible. Sinon, le mouvement menace d'intensifier ses actions.

"Nous en sommes à la 11ème semaine d'un mouvement populaire inédit. Pourtant, vous continuez à ignorer ce mouvement social qui représente une tranche non négligeable du peuple français", débute la lettre, qui dénonce à plusieurs reprises un le dédain d'Emmanuel Macron pour les gilets jaunes. "Pas une parole, pas un regard de compassion pour votre peuple."

"Le jour, la nuit, le week-end, la semaine... nous serons là!"

Alors que le gouvernement mise sur le grand débat national lancé mardi dernier pour éteindre la gronde des gilets jaunes, les membres de la France en colère marquent leur intention de poursuivre le mouvement coûte que coûte.

"Beaucoup de gilets jaunes perdent patience et soyez conscient que certains ne resteront pas calmes indéfiniment, malheureusement. [...] Plus que jamais le mouvement va s'intensifier. [...] Le jour, la nuit, le week-end, la semaine... nous serons là! Nous ne craignons plus rien et allons vous surprendre par notre sens de l’effort!"

"C'est clairement une lettre de menaces", commente l'éditorialiste Christophe Barbier, sur BFMTV. "Ils exigent un rendez-vous sinon il y aura la Révolution. Ils expliquent qu'ils ne craignent plus rien, que le peuple va prendre le pouvoir."

Une demande de rencontre 

"Ainsi, pour la énième fois, nous en appelons à votre bienveillance et à votre sens des responsabilités, pour accepter une rencontre le plus rapidement possible", termine la France en colère. "Vous avez la capacité de donner une issue positive à ce qui se passe en ce moment, mais est-ce que vous en avez vraiment la volonté? Monsieur le Président, écoutez-nous!"

Cyrielle Cabot