BFMTV

Gérard Collomb sur l'explosion à Lyon: "C'est pour moi un sentiment très douloureux"

De retour du Japon où il se trouvait en visite, Gérard Collomb a livré quelques mots par téléphone au sujet de la déflagration qui a retenti au cœur de la ville dont il a la responsabilité vendredi en fin d'après-midi.

C'est à l'aube que Gérard Collomb est rentré ce samedi dans sa ville de Lyon. De retour de sa visite au Japon, il s'est exprimé brièvement par téléphone auprès de notre antenne au sujet de l'explosion qui a fait treize blessés légers.

"J'ai vraiment été extrêmement surpris et rempli d’une grande émotion", a-t-il posé en préambule. "Dès que je suis arrivé à Roissy j'ai appelé le préfet pour m'informer de la situation", a-t-il ajouté.

"Impensable" 

Alors qu'une petite fille figure au nombre des victimes, il a poursuivi:

"J’espère que les éléments de vidéosurveillance et l’appel à témoins permettront de pouvoir interpeller le suspect. C’est pour moi un sentiment tout à fait douloureux. J’ai moi-même des filles qui sont petites et penser qu’une fillette puisse être touchée par de tels attentats c’est impensable dans une ville comme Lyon qui est une ville apaisée."

Collomb s'est entretenu avec les victimes 

Gérard Collomb a pris la parole devant nos caméras ce samedi matin après avoir vu trois victimes à l'hôpital. "Par rapport à ce que nous avons craint au départ aujourd’hui le bilan est plutôt positif car il n’y a pas de gens grièvement blessé ou tué dans cet attentat", a-t-il d'abord observé. "Il faudra voir les circonstances exactes car les gens ne pouvaient pas vraiment décrire ce qu’il s’est passé. Leur témoignage est un grand moment de choc", a-t-il prolongé. Il a détaillé le profil des victimes avec lesquelles il s'est entretenu dans cet hôpital lyonnais: "Une personne d’origine indienne en séjour à Lyon pour deux mois, une personne de passage et une personne de l’agglomération lyonnaise." Il a précisé que deux d'entre elles pourraient quitter l'établissement de santé dans la journée, et qu'une troisième en sortirait dans les jours qui viennent. 

Il a encore fait face à la presse peu avant 11h. Rue Victor Hugo, il a relevé que l'attaque avait eu lieu à une heure où "beaucoup de personnes (étaient) là", donc "théoriquement on devrait trouver un certain nombre de témoignages". Il a achevé: "Cette attaque est aujourd’hui incompréhensible. On n’avait jamais connu de phénomène comme celui-ci".

Robin Verner