BFMTV

Au moins 13 blessés, un homme recherché: ce que l'on sait de l'explosion à Lyon

Une déflagration a blessé 13 personnes, vendredi après-midi, à l'angle de la rue Victor Hugo, dans le centre-ville de Lyon. Un colis piégé a explosé devant une boulangerie du centre-ville et un homme est actuellement recherché. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête en début de soirée.

Une explosion eu lieu ce vendredi après-midi dans une rue piétonne du centre-ville de Lyon, dans le Rhône, a-t-on appris de sources concordantes.

L'incident a eu lieu devant une boulangerie à l'angle de la rue Victor Hugo et de la rue Sala, près de la place Bellecour, dans le deuxième arrondissement de Lyon. D'après la préfecture du Rhône, l'explosion a fait 13 blessés légers dont un enfant. Ils ont été pris en charge par les services de secours.

Au moins 13 blessés légers

Au moins 13 personnes ont été blessées dans l'explosion: 12 adultes et un enfant de huit ans. Selon nos informations, tous seraient blessés légèrement, présentant notamment des petites plaies. Les 13 personnes ont été transportées dans trois établissements hospitaliers de Lyon. 

Un homme recherché

La piste du colis piégé est privilégiée, nous a fait savoir le parquet de Lyon. D'après nos informations, un homme est arrivé à vélo vers 17h30, il a déposé une valise, qui a ensuite explosé, devant la boulangerie. L'homme, qui aurait entre 30 et 35 ans, est désormais recherché par les forces de l'ordre. D'après les images de vidéosurveillance, l'individu est apparu sur les lieux vers 17 heures le visage masqué, de lunettes noires, il était vêtu d'un pull noir et d'un bermuda clair.

  • Selon le maire du 2e arrondissement de Lyon, Denis Broliquier, l'individu a été filmé sur des caméras de vidéosurveillance de la ville, permettant aux enquêteurs de retracer l'itinéraire du suspect. 

"On sait qu'un homme est venu en VTT, qu'il a déposé le colis puis qu'il est reparti", a confirmé Hubert Julien-Laferrière, député LaREM de la 2e circonscription du Rhône. "Les forces de l'ordre l'ont perdu après. Il n'apparaît plus sur les caméras de vidéosurveillance après qu'il a traversé le Rhône et s'est dirigé vers l'est de l'agglomération lyonnaise."

Un appel à témoins lancé

La police nationale a diffusé un appel à témoins sur les réseaux sociaux, afin de retrouver l'individu d'une trentaine d'années qui est recherché depuis le début d'après-midi. La description fait état d'"un homme porteur d'un haut sombre à manches longues, d'un bermuda clair et pouvant circuler avec un vélo". Un numéro a été mis en place pour recueillir des informations. Il s'agit du 197.

Macron évoque "une attaque"

Alors qu'il était interviewé par le youtubeur Hugo Travers sur sa chaîne, Emmanuel Macron a évoqué "une attaque" et a adressé "ses pensées" aux victimes de la déflagration. Le chef de l'État est rentré à l'Élysée vers 19h35, et Édouard Philippe a annulé sa présence au meeting de la Mutualité.

  • Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué sur Twitter qu'il avait "adressé des consignes de vigilance à l’ensemble des préfets pour renforcer la sécurité des sites accueillant du public et des événements sportifs, culturels & cultuels". Il a fait savoir qu'il se rendait sur place.

Le parquet antiterroriste saisi

Alors que la police judiciaire de Lyon s'est saisie de l'enquête dans un premier temps pour tentative d’homicide volontaire, la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête vers 19 heures pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". 

Les pompiers et les démineurs de la sécurité civile sont arrivés sur place rapidement, et le quartier a évidemment été bouclé. "Le préfet de région et le Procureur de la République sont sur site", précise la préfecture sur Twitter. La police, elle, invite les lyonnais à éviter le secteur.

  • "Une grosse détonation assez assourdissante"

"Je n'ai pas vu grand-chose mais j'ai entendu une grosse détonation assez assourdissante", raconte Alexis Saillan, le réceptionniste d'un hôtel situé à proximité du lieu de l'explosion. "Je suis allé voir à la fenêtre, mais celle-ci ne donne pas directement sur la rue. J'ai quand même vu des gens courir et paniquer et entendus quelques cris. La police m'a dit que c'était un colis piégé. Elle nous a demandé de rester cloîtrés, d'éviter de sortir et de fermer les fenêtres", précise-t-il.

"J'étais en consultation quand on a entendu un bruit énorme", témoigne encore Denys Courbier au micro de BFMTV. "C'était d'une violence inouïe. Je suis allé voir à la fenêtre et j'ai vu que tout le verre de la devanture (de la brioche dorée) avait éclaté".

Cécile Ollivier avec Jeanne Bulant