BFMTV

Manifestations de policiers: le FN est devenu "responsable de tout", ironise Collard

-

- - -

Invité de BFMTV ce mercredi, Gilbert Collard, député RBM, allié du FN, a réagi à la polémique de la "patte" du parti frontiste dans les manifestations des policiers. Pour lui, le parti est dans toutes les têtes.

Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé mercredi  la "patte du FN" dans les manifestations de policiers. "Le FN n'intervient quasiment sur rien même si nous avons vu sa patte dans les manifestations hors la loi qui se sont déroulées avec les forces de l'ordre hier", a jugé le patron du PS. Pour Gilbert Collard, "si patte il y a, elle est efficace". Sur BFMTV, le député du Gard a jugé que le FN est devenu "responsable de tout". 

"On va bientôt nous accuser d'avoir inspiré les propos de Hollande sur la justice, qu'on a financé le vélo scooter sur lequel il est allé rue du Cirque", a fustigé le député du Gard.

Gilbert Collard a nuancé ses dires en affirmant que "ceci étant dit, si vraiment comme on le dit les policiers et les gendarmes se rapprochent de nous (du parti, ndlr), je préfère que ce soit les représentants de l'ordre plutôt que ceux du showbiz".

Florian Philippot, vice-président du Front national, a répondu sur Twitter, en faisant savoir que son soutien aux policiers était "sans faille, face à un pouvoir qui a manifestement de la haine pour la police". 

Des annonces qui divisent

Après avoir affirmé que "ce pauvre Cazeneuve doit avoir peur de voir un fantôme du FN dans son placard en rentrant chez lui le soir", l'avocat est revenu sur les annonces du ministre de l'Intérieur concernant les conditions de travail des policiers. Des décisions parfois bien accueillies par Gilbert Collard, qui a félicité "l'idée de recentrer les missions des policiers".

Cependant, le député a dénoncé le manque de résultats après les différentes discussions du gouvernement. "La concertation est toujours une bonne chose, il vaut mieux se concerter que se disputer mais on arrive à un moment donné où elle aurait dû produire ses fruits", a-t-il conclu.

Une étude du Cervipof révèle que 57% des policiers sont prêts à voter pour Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle, contre 30% en 2012. Cette intention de vote de la part de la profession s'explique par plusieurs facteurs: une lassitude générale de la classe politique PS/LR, mais aussi une situation économique précaire, puisque les heures supplémentaires effectuées par les "catégories les moins qualifiées de la fonction publique" ne sont pas rétribuées. 

Julie Breon