BFMTV

Jean-Marie et Marine Le Pen soupçonnés d'avoir sous-évalué leur patrimoine

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a transmis au parquet financier les déclarations de patrimoine établies en 2014 par Jean-Marie et Marine Le Pen, comme députés européens FN, qu'elle juge manifestement sous-évaluées.

La justice a été saisie sur le patrimoine de Jean-Marie et Marine Le Pen, a annoncé dans un communiqué la Haute Autorité pour la transparence lundi. "Il existe notamment un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de leurs déclarations, du fait de la sous-évaluation manifeste de certains actifs immobiliers détenus en commun par M. Jean-Marie Le Pen et Mme Marine Le Pen et, par ailleurs, de l’omission de biens mobiliers par M. Jean-Marie Le Pen", écrit notamment l'organisme pour justifier la transmission de l'affaire à la justice.

C'est une infraction passible de 45.000 euros d'amende, trois ans de prison et dix ans d'inéligibilité au titre de la loi pour la transparence de la vie publique adoptée après l'affaire Cahuzac. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a transmis au parquet financier les déclarations de patrimoine établies en 2014 par Jean-Marie et Marine Le Pen, comme députés européens FN.

La Haute Autorité reproche au cofondateur du Front national et à la présidente du parti d'avoir sous-évalué leurs actifs respectifs pour les deux tiers de leur valeur, soit plus d'un million d'euros pour Jean-Marie Le Pen et plusieurs centaines de milliers d'euros pour sa fille.

"C'est du harcèlement social et psychologique"

"Ca participe à l'offensive de harcèlement républicain, a réagi Jean-Marie Le Pen auprès de BFMTV. C'est à dire le harcèlement des adversaires du gouvernement et de l'establishment".

"Quand ils font des perquisitions c'est en votre absence, a dénoncé le fondateur du FN en écho aux perquisitions contre son domicile alors qu'il se trouvait en Républicaine dominicaine. Quand ils font des inculpations, c'est la veille de Noël. C'est du harcèlement social et psychologique mais ça ne m'empêche pas de dormir."

Son avocat, maitre Joachim Barbier réfute a jugé sur BFMTV que la Haute autorité "excède sa mission" en saisissant le parquet financier. "L'administre fiscale n'avait pourtant rien trouvé à redire", affirme-t-il avant de dénoncer "un abus de pouvoir" dans le but de "salir, de ternir" l'image de son client et du FN.

"La Haute Autorité a privilégié l'effet d'annonce avant de vérifier vraiment ce qu'elle disait. Dès qu'il s'agit de Le Pen, il y a un clignotant qui s'allume qui fait que tous les prédateurs sortent", a-t-il ajouté.

"On sent que Manuel Valls est un peu stressé"

"Marine Le Pen a déjà déposé un recours (devant le Conseil d'Etat, ndlr) pour excès de pouvoir contre l’évaluation de son patrimoine effectuée par la HATVP. (...) On ne peut, une nouvelle fois, y voir qu’une volonté de nuire désormais systématique et outrancière", a répondu de son côté la présidente du Front national dans un communiqué.

"On sent que Manuel Valls est un peu stressé, il faut qu'il reste calme, serein et républicain, juge de son côté le vice-président du FN Florian Philippot sur BFMTV. Marine Le Pen est dans son droit et tout rentrera dans l'ordre rapidement."

S.A.