BFMTV

Absente du rassemblement contre l'antisémitisme, Le Pen apporte son soutien à Finkielkraut

Marine Le Pen, le 13 juillet 2015. - Loïc Venance - AFP

Marine Le Pen, le 13 juillet 2015. - Loïc Venance - AFP - -

Quelques jours après l'agression du philosophe Alain Finkielkraut, victime de propos antisémites à Paris, la présidente du Rassemblement national lui a fait part de son soutien dans une lettre ouverte.

Marine Le Pen a fait parvenir ce mardi une lettre de soutien au philosophe Alain Finkielkraut, victime d'injures antisémites samedi lors d'une manifestation des gilets jaunes à Paris. Dans cette lettre ouverte, la présidente du Rassemblement national se dit "effarée avec (lui) de voir l'identité de jeunes immigrés se constituer dans la haine des juifs".

"Même si l'incident ne fut que verbal, sa symbolique et sa portée justifient la vigueur de la réaction que collectivement nous devons lui opposer", ajoute-t-elle.

"Une menace claire contre la liberté de penser"

Le Rassemblement National publie cette lettre alors que sont organisés plusieurs rassemblements en France ce mardi contre la hausse des actes antisémites, auxquels il n'a pas été convié. Le parti d'extrême droite n'y participera pas mais prévoit de "déposer des gerbes de fleurs à la mémoire des victimes de l'antisémitisme sur les lieux de leur martyre", précise la lettre. En fin de journée, plusieurs membres du RN, dont Marine Le Pen, se sont rendus à Bagneux, en banlieue parisienne, devant la plaque commémorant la mort d'Ilan Halimi.

"Derrière les mots prononcés par vos agresseurs ("nous sommes la France"), il y a une menace claire contre la liberté de penser, contre les personnes de toute confession qui refusent de baisser la tête devant l'islamo-fascisme, et vous l'avez dit, une menace contre la France", vitupère la députée du Pas-de-Calais. 

La députée du Pas-de-Calais se dit désireuse "de ne pas céder à ce simulacre moral et tout au contraire de mettre à bas le masque des nouveaux antisémites et de leurs soutiens islamo-gauchistes et 'indigénistes' qui trouvent des voix jusque dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale".

Elle dénonce en outre "les idiots utiles, ces responsables politiques de droite et de gauche qui par électoralisme, lâcheté ou confort momentané, pactisent dans les villes et les départements avec cette mouvance liberticide et les groupes comme les Frères Musulmans".

Jeanne Bulant