BFMTV

Frédéric Mitterrand: "Je ne voterai pas pour Nicolas Sarkozy en 2017"

L'écrivain Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, était mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, Frédéric Mitterrand, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, ne voterait pas pour lui en 2017, si ce dernier était candidat à la présidentielle. "Nos chemins se sont séparés. (...) Je trouve que l'évolution du parti Les Républicains contrevient à beaucoup de choses auxquelles je tiens". L'écrivain poursuit: "Je pense que François Hollande sera réélu. Moi je suis très hostile au Hollande bashing. Ce n'est pas Hollande qui est mauvais, c'est la France qui est dans un état mauvais".

Frédéric Mitterrand n'est pas choqué par la une du premier numéro de cette année 2016 de Charlie Hebdo, qui représente Dieu armé d'une kalashnikov: "Je ne sais pas qui c'est, je ne l'ai même pas reconnu. De toute façon ils font ce qu'ils veulent, il n'y a rien à dire". Les commémorations vont se multiplier, un an après les attentats: "Le président Hollande est dans son rôle", juge l'ancien ministre, "il est normal qu'on se souvienne de tous ces gens qui sont morts dans des conditions atroces".

"Michel Galabru était un ogre"

Frédéric Mitterrand a voulu saluer la mémoire de Michel Galabru, mort lundi à 93 ans: "Il a travaillé jusqu'au bout". "Michel Galabru c'était un ogre qui mangeait des textes. (Il avait) cette manière de prendre des textes quels qu'ils soient, et de se les approprier pour que ça devienne du Galabru. Alors savoir s'il y a eu des bons ou des mauvais films, peu importe. Il a eu une carrière fantastique! Quand on parle des mauvais films, on cite les Gendarmes. Mais les Gendarmes ça a fait rire des millions de Français (...). En dehors de ça a fait au moins une quinzaine de grands rôles extraordinaires". Frédéric Mitterrand se souvient notamment de son rôle dans Uranus, de Claude Berri.

L'ancien ministre de la Culture se souvient aussi de Michel Delpech comme d'"un homme merveilleux". Michel Delpech, "c'était la chanson française. Il y a toujours une chanson de Michel Delpech pour une situation que l'on connaît. Ce sont des gens que j'admire énormément".